• Zhu Li An
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou

Recherche

5 août 2005 5 05 /08 /août /2005 22:00

tout d'abord je tiens à m'excuser du retard que mon blog a pris, j'ai été pas mal occupé ces derniers temps, je viens tout juste de rentrer de Pékin il y a quelques jours, (péripéties à lire dans un prochain article...) je vais donc essayer de le mettre à jour le plus vite possible, je tiens aussi à préciser la création de la gallerie photos sur Suzhou, de nombreuses autres photos seront rajoutées à partir de septembre mais aussi que j'ai rajouté quelques photos dans la gallerie sur Shanghai...




3ème et  4ème semaine de séjour en Chine : 

Suzhou est une petite ville chinoise de 5 millions d’habitants situé à 1h de train de Shanghai environ, (oui petite, il ne faut pas oublier la taille de la population chinoise) que l’on surnomme la « Venise chinoise » à cause des nombreux  canaux et rivières qui traverse la ville. Le niveau de vie de cette ville est très élevé pour la Chine et elle possède  2 gros parcs industriels parmis les plus importants du pays...C’est donc dans cette ville que je ferais mon semestre à l’université et non à Pékin comme je l’avais souhaité. J’en ai d’autant plus les boules après avoir rencontré Zheng qui était prête à partager son appart avec moi à Pékin, me servir de guide et de prof de Chinois...

Mais bon c’est la vie, et qui sait, je suis toujours en contact avec elle, peut être pourra-t-elle me trouver un stage sur Pékin l’année prochaine...Elle a pas mal de contacts grâce à son travail après tout...

 

J’aurais du partir ce lundi matin, mais étant donné qu’aucun des responsables étant présent vendredi dernier pour me remettre la lettre d’invitation que je devrais donné à l’université je dois donc patienter une journée de plus...En fin de journée, en discutant avec ChenWei on semble être d’accord pour se voir plusieurs soir par semaine pour faire un échange Anglais-Chinois, elle me propose demain soir, je lui explique que ça ne sera pas possible que je dois m’absenter quelques jours à Suzhou... Elle me demande pourquoi, je lui montre mon visa et tente de lui expliquer...A la vue de ma date de naissance, elle a un terrible choc et fait un bon en arrière, elle me demande l’air inquiète si c’est bien la mienne, je n’ai guère d’autre choix que de dire la vérité. C’est à mon tour d’être surpris lorsqu’elle me dit la sienne: elle a 6 ans de plus que moi, mince je lui donnais 22 ans maxi! Bon ce n’est ni la première et ça ne sera sûrement pas la dernière fois que je me trompe sur l’age d’une chinoise...

Je ne le sais pas encore mais mon age l’aura plus profondément déçu qu’elle le laisse apparaître sur le coup, car c’est la dernière vraie conversation que l’on aura, après mon retour elle m’évitera au maximum et me dira à peine bonjour...

 

Mardi matin, c’est parti, la musique à fond dans les oreilles provenant de ma nouvelle clé USB radio et lecteur MP3 négociée à 300yuans dimanche dernier, il fait beau, il fait très chaud aussi; j’ai sorti le short, les tongs, mais pas la chemise à fleurs, il faut que je paraisse un minimum sérieux à l’université tout de même car ils ne sont pas obliger de m’aider vu que je ne suis pas encore étudiant chez eux.

 

J’arrive dans le métro, je l’ai eu de justesse les portes se sont fermées dans mon dos, un chinois qui courait derrière moi vient s’éclater sur la porte, trop tard pour lui. Il est plutôt bondé, pas surprenant vu l’heure, tout le monde part au travail...Mais 2 stations plus loin, pour une raison inconnu, il reste bloqué, et les gens continuent d’affluer à l’intérieure, et poussent pour rentrer alors qu’il est vraiment plus que complet, il fait de plus en plus chaud et je suis de plus en plus serré, ça va mal. Un gros chinois commence à s’énerver et à bousculer violemment les gens pour se frayer un chemin vers la sortie, j’en profite pour me glisser derrière lui...

 

Une fois dehors je suis au pied de la tour de la perle, mais je n’ai malheuresement pas de temps pour rester admirer la vue...Je sors le guide du routard pour jeter un coup d’œil à la distance qui me sépare de la gare et évaluer le prix du trajet en taxi...J’apprend au passage qu’il y a un train spécial reliant la Perle à la gare, plan B trouvé, c’est reparti!

Seulement le prochain n’est pas pour tout de suite, je retourne donc dans le métro voir ou en ai la situation...Le trafique semble être revenu à la normale, je continue donc le trajet en métro. Après un changement de ligne sportif à People Square pour prendre la ligne 1, je ne suis plus qu’à 3 stations de la gare; les gens se massent derrière les portes, prêt à percuter ceux qui veulent sortir pour rentrer dans le métro, le seul moyen de sortir dans ces cas là, est d’aller les percuter encore plus violemment afin de se frayer un chemin dans la foule. Les portes s’apprêtent à s’ouvrir, on  dirait 2 équipes de Rugby se préparant à une mêlé.

Les portes s’ouvrent le choc est violent, un chinois qui s’apprêtait à rentrer à l’intérieur est bousculer en arrière sous ma poussé...

 

Après une longue errance dans d’interminables corridors souterrain, je fais enfin surface, seulement je suis du mauvais coté de la gare...retour dans la station de métro, je jette encore un œil au plan pour comprendre ou j’ai pu me planter, il est vrai que leur plan est vraiment pas clair...Après avoir compris mon erreur, je sors cette fois si du bon coté. Je croise au milieu de la foule, un jeune chinois complètement pouilleux, l’air complètement euphorique et portant sur son épaule son baluchon au bout d’un bâton, un peu à la manière de Tom Sawyer, il doit sûrement débarquer de la campagne bien profonde de la Chine. La gare est immense, la foule à traîner autour l’est aussi et de nombreuses personnes dorment sur un morceau de carton ou du papier journal à l’ombre du bâtiment, leurs sacs à coté, ceux ne sont pas des mendiants, probablement des paysans venus tenté leur chance à Shanghai et rejetés par la ville, ils retournent dans leur campagne.

Il m’aura fallu un peu de temps pour en comprendre le fonctionnement de la gare, pourtant très simple vu qu’il est calqué sur celui d’un aéroport...

 

Je m’explique, on commence tout d’abord par faire la queue aux guichets pour acheter son billet, comme dans n’importe quelle gare...Il y a une vendeuse anglophone au guichet 41. Je fais donc la queue un moment, je vois plusieurs chinois dépasser tout le monde et se rendre directement au guichet, ça commence à me taper sur le système, et lorsque que j’arrive enfin devant la vendeuse et commence à lui parler, un chinois arrive et me bouscule et commence à passer sa commande...Je crois que ça va exploser, la vendeuse lui indique que j’étais là avant lui et lui prit donc d’attendre son tour. Il regarde partout autour de lui tout en m’ignorant comme si il cherchait cette mystérieuse personne qui était là avant lui...Puis finalement tente d’aller s’incruster au guichet d’à coté...Je reprend donc les pourparlers avec la vendeuse lorsque j’aperçois un autre chinois dépassant toute la file et s’apprêtant à me doubler aussi, cette fois si, ça ne va pas se passer comme ça. Je tends mon bras gauche pour lui bloquer le passage, il se le prend violemment et se retrouve au sol comme si je lui avais fait une cravate, ce qui biensur n’était pas mon intention, je m’excuse vite fait, paye et récupère mon billet...

  

Après avoir acheter son billet on se dirige vers les salles d’attente, ou d’embarquement, suivant la classe choisie, en l’occurrence, c’est assis dure en ce qui me concerne (il y a 4 classes, assis dure, assis moue, couchette dure et couchette mole). Je quitte donc le hall réservé à la vente des billets, longe à nouveau le bâtiment de la gare, et rentre dans hall des salles d’attentes, on passe mon sac au rayon X et contrôle mon billet comme dans un aéroport, j’en profite après pour acheter un peu à grignoter et a boire pour le trajet. Je monte ensuite un escalator et arrive dans un immense couloir bordé de salles d’attente, je ne sais pas dans laquelle me rendre, je vais me poser au hasard dans la numéro 8, j’envoie un sms à Jiayan pour lui indiquer l’heure approximative d’arrivé  je jette un coup d’œil au panneau d’affichage, je ne repère pas mon train, je dois pas être dans la bonne salle, je l’ai parcoure toutes une à une avant d’enfin trouver la bonne, il ne me reste que quelques minutes à attendre, lorsqu’une annonce est faite, c’est l’embarquement pour mon train, toutes les personnes concernées se lèvent et se dirigent vers le fond de la salle, à un guichet ou on vérifie et composte les billets, toujours comme dans un aéroport...Je descend ensuite vers le quai indiqué, et me dirige vers mon wagon ou une hôtesse contrôle une fois de plus mon billet avant d’aller me poser à ma place, je crois que la prochaine fois, je prendrais un siège en classe supérieure, car ceux-ci ne sont vraiment pas fait pour des occidentaux, je galère à m’asseoir tellement le siège et l’espace réservé à mes jambes sont minuscules. Je suis assis à coté d’une chinoise assez âgée et en face d’une sorte de moine, après va savoir si il est bouddhiste, taoïste ou autre...Il reste m’observer, et semble réagir à chacune de mes pensées comme si il pouvait lire en moi, c’est effrayant.

 

Cette fois c’est bon, l’hôtesse ferme la porte et le train s’en va. Je regarde par la fenêtre à peine quelques minutes après le départ, et j’aperçois une sorte de quartier en ruine reconverti en bidon ville, pas besoin d’aller bien loin pour voir la misère...Puis un  peu plus loin une multitude d’immeubles en construction...Encore un peu plus loin on quitte enfin la ville, ce n’est plus qu’une alternance de champs, serres, rizières, canaux, rivières, marais, zones industrielles, avec des usines flambant neuves et d’autres en ruine datant de l’époque avant l’ouverture de la Chine mais toujours en activité (d’ailleurs l’usine Volkswagen est impressionnante), d’hameaux ruraux, de zones résidentielles en constructions, d’immenses autoroutes...Détail intéressant: il n’y a aucun passage à niveau, les routes passent toutes soit en dessous, soit au-dessus...Dans certains canaux j’ai pu percevoir des mini bidonvilles flottant, construit sur des barges.

 

Durant tout le trajet, des hôtesses défilent dans l’allée centrale, proposant à boire à manger, des livres, certaines s’arrêtent et font un discourt et une démonstration de gadgets plus qu’inutiles que la majorité des chinois suit avec attention...

  

Le train s’arrête dans une première ville, la chinoise assise à coté de moi me demande ou je vais, je lui répond et elle m’indique que c’est le prochain arrêt. On se trouve à Kunshan, ça n’a pas l’air terrible, je n’aperçois que des immeubles presque achevés, une autoroute, tout semble en travaux dans cette ville. Après 10 minutes d’arrêt le train repart...

 

 Vu l’heure, je ne dois plus être très loin, le fait que l’on traverse une grosse zone industrielle confirme mes pensés et enfin le fait que je reconnaisse les 2 symboles de Suzhou sur une usine, m’indique bel et bien que j’arrive à destination. Ca y est le train ralenti, une annonce confirme définitivement que l’arrivé est imminente. Le train s’immobilise, je saisis mon sac à dos et me dirige vers la sortie en suivant la foule...De nombreuses jeunes chinoises restent me regarder en souriant, c’est vrai que je fais vraiment touriste aussi...

 

A peine ai-je passé le dernier contrôle ticket et ai-je quitté le bâtiment de la gare que je suis harcelé de toutes parts par des revendeurs, ou rabatteurs de toutes sortes, même un vieux qui n’était même pas un mendiant tend sa main à mon passage comme si j’allais lui donner quelque chose...   

 

J’aperçois enfin Jiayan qui me fait de grand signe de la main au milieu de la foule, je la rejoins, elle me saute dans les bras pour me faire la bise, je l’ai rarement vu aussi en forme.

On se dirige vers une rue sur le coté de la gare, elle est venue me cherché avec une de ses amie, Chen et sa nouvelle BMW flambant neuve...J’aperçois au loin une des pagodes qui fait la renommé de Suzhou aujourd’hui et encore plus loin des montagnes, ça me rassure de savoir que la nature ne sera pas trop loin...

 

Les filles me demandent si j’ai faim, je leur réponds que non vu que j’ai mangé dans le train...

Donc nous partons directement direction l’université...Suzhou possède le même type de 4 voies sur piliers que Shanghai, cette ville est en fait une alternance de quartier anciens et modernes avec des canaux au milieu de tout ça. Mais contrairement à Shanghai, les quartiers modernes font tout de même chinois...

 

On arrive enfin à l’université, houlà ça a l’air grand! On roule un moment avant de s’arrêter demander ou ce trouve le bureau chargé des étudiants étrangers, à un groupe d’étudiants mixte chinois-occidental. Jiayan commence à parler avec une des chinoises du groupe lorsque nous entendons un des occidentaux du groupe s’exclamer: « woua trop belle ». Le tout en français, forcement Jiayan et moi éclatons de rire. Après avoir obtenu l’information voulue nous repartons. Je demande à Jiayan, « d’après toi, il parlait de toi ou de la voiture? »

Jiayan:« bah de moi bien sur! » Grand fou rire...

 

Après avoir garé la BM, on se dirige vers le bureau concerné, manque de bol, il est fermé et n’ouvre pas avant 14h...Les filles proposent d’aller boire un verre en ville en attendant...Au passage, on s’arrête voir vite fait le frère de Chen, car elle devait lui remettre des documents; si la frangine roule en BMW, le frangin lui roule en Audi A4 également neuve...Et hop c’est reparti, les filles en profite pour me montrer quelques rues commerçantes de la ville.

Après avoir fini nos verres, on reste discuter un peu avant de se remettre en chemin vers l’université...Chen essaye de me faire parler chinois, sans trop de succès.

 

Arrivé là-bas, je rencontre donc la personne en charge des étudiants étrangers, après un moment de réflexion, il accepte de m’aider, Ouf sauvé! Sauvé? Heu non pas tout à fait encore...Il m’informe que je vais devoir passé au moins une semaine sur place pour obtenir un certificat de résidence provisoire, puis qu’il va falloir que je me tape la visite médicale total et avec prise de sang... Oups, je sens que ce visa va me revenir cher; après avoir récolté les informations nécessaires, nous repartons. Les filles me font visiter un peu la ville mais comme il fait très chaud, elles décident d’aller s’enfermer dans un salon karaoké climatisé. C’est comme un hôtel en fait, sauf que chaque chambre est aménagée en salon karaoké, avec grand écran plat, ordinateur, micros et système de son 5.1 . Les filles veulent absolument me faire chanter, moi qui est horreur de ça, je suis ravi... Après avoir jeté un coup d’œil à la liste de chanson anglaise (dont la plus parts sont reprises par des chinois, c’est vraiment le top...), je trouve enfin une qui me parait chantable: Lemon tree de Fool Garden. C’est sur ça ne fut pas grand succès, mais bon... A mon tour de faire chanter les filles, je donne une liste de chansons chinoise à Jiayan et elles s’exécutent immédiatement. Il n’y a pas à dire, elles sont nettement plus douées que moi.

Après le karaoké nous arpentons les rues de Suzhou sans but ni destination précise, le soleil a commencé à décliner, il fait déjà moins chaud. Les filles décident finalement d’aller faire une séance photos à la chinoise avant d’aller diner. On se dirige vers une sorte de « quartier-marché » contenant pleins de petites échoppes vendant de tout et de n’importe quoi.

Après avoir marché un moment dans ce dédale de minuscules ruelles, on s’arrête et pénétrons dans un minuscule magasin. Alors que j’explique, on sélectionne d’abord dans un catalogue une série de cadre, avec des fleurs, des animaux, des cœurs, des personnages de dessin animé, ects... Puis on se glisse tous ensembles dans une sorte de photomaton et on pause en regardant l’écran de façon à se positionner dans le cadre et faisant des grimaces, ou autres pauses rigolotes... Quelques minutes plus tard les photos sont prêtes, elles sont toutes petites et autocollantes, mais après réflexion, je me souviens que beaucoup de chinois de l’Isuga ont ce genre de photos collées sur leurs trousses, agendas ou autres...

 

Séance photo terminée, direction le restaurant, elles décident d’aller se faire une fondu chinoise, cool j’adore ça!

Ce fut un régal, j’ai le ventre explosé, mais il est temps de se dire au revoir et de se séparer, je les remercie pour la journée. Jiayan me dit qu’il vaut mieux que je rentre à Shanghai ce soir, car elle ne peut pas s’occuper de moi demain et elle préfère être présente pour les examens médicaux en cas de problème...Partie remise, je dois donc reprendre le train pour Shanghai, la gare de Suzhou est nettement moins bien conçu que celle de Shanghai et je ne parles pas du tableau  d’affichage de la salle d’attente « soft sit » mais il n’y pas à dire, pour un euro de plus la différence de confort entre « soft et hard sit » n’est pas négligeable.

 

 

 

Suzhou acte 2:

De nouveau dans le train en direction de Suzhou, je m’apprête à envoyer un sms à Jiayan lorsque, oups plus de crédit, Il va falloir attendre d’arriver avant de pouvoir la contacter.

Arrivé à Suzhou, il pleut des cordes, je ne suis pas habillé en circonstance, mais une petite pluie n’a jamais fait de mal à personne. J’appelle Jiayan depuis un téléphone publique, je la réveille, elle est sortie hier soir...Enfin Bref elle m’annonce qu’elle sera là dans une heure...Voila une journée qui commence bien.

 

Une heure plus tard Jiayan arrive en taxi car sa voiture est au garage pour vidange et changement de pneus. On repart en taxi direction l’hôpital, arrivé là-bas, on se rend au secrétariat pour constituer mon dossier, puis c’est parti pour toute une batterie de tests médicaux...On commence par la redouté prise de sang, ce n’est pas que j’ai peur des piqûres, loin de là, mais j’espère juste qu’ils ont perdu l’habitude de réutiliser leurs aiguilles, ça serait vraiment trop bête de choper le sida pour ça. Prise de sang terminé, l’infirmière m’a bien piqué, j’ai rien senti, mais j’aurais tout de même un bleu énorme, direction la salle suivante, ou on me pèse et me mesure, puis on fait passer un test visuel et auditif. Salle suivante, une échographie, salle d’après prise de tension et électrocardiogramme, puis encore radiographie complète et après ça un examen dentaire...Je m’apprête à rentrer dans la dernière salle, lorsque j’aperçois que ça ne m’est pas réservé, vu que c’est l’examen gynécologique. C’est donc terminé pour moi. Les résultats dont dépend l’obtention de mon visa seront disponibles la semaine prochaine. Il est temps de passer à la caisse. Aïe! La note est salée!

 

Direction maintenant l’espèce d’hôtel qui fait également office de résidence étudiante. Du point de vue extérieure, ça n’a pas l’air trop mal, On se rend à la réception, réserver une chambre pour une semaine, Jiayan demande également le certificat de résidence provisoire, coût de l’opération 80 euros, gloups 2ème coup dure de la journée pour mon compte en banque.

Il est temps d’aller jeter un coup d’œil à la chambre qui est en fait situé dans un autre bâtiment derrière. Ok, je sais déjà que je ne passerais pas mon semestre ici, c’est vieux, ça sent pas très bon, les sanitaires et les douches sont en commun, bref je veux pas faire le difficile, pour une semaine ça va le faire, j’ai connu pire, mais pour 4 mois non. De toute manière ce soir je dois rentrer sur Shanghai pour recharger mon portable vu que je ne peux pas le faire à Suzhou, il dépend de la province de Shanghai, encore une chinoiserie...

 

 Il doit bien 15h maintenant, l’estomac commence à grogner, avec Jiayan on décide d’aller manger dans un petit resto pas loin qui accepterait encore de nous servir à cette heure-ci. Chen viendra nous rejoindre. Elles me font goûter une multitude de plats, il faut le dire, de mes 5 sens, celui qui déguste le plus depuis mon arrivé est bel et bien le goût, de ce coté là tout est nouveau pour moi. Par contre quand on commande trop de plats, on goûte un peu à tout et on n’en fini aucun, résultat bonjour le gaspillage...

 L’après midi ce fut shoping, les filles me traînent dans un tas de boutiques, mais vu que je me suis toujours pas acheté une paire de chaussure pour remplacer celle actuelle dont les semelles craquent et se fissure un peu plus chaque jour...Elles essayent beaucoup de vêtements et en achètent pas mal non plus...Le soir elles décident de m’amener dans un resto coréen, c’est cher mais c’est loin d’être mauvais, ils cuisinent les plats devant nous, c’est sympas à voir, je goûte encore de nouveaux plats, mais inutile de me demander ce que c’est j’en ai pas la moindre idée, et lorsque je demande aux filles, elles me répondent qu’elles ne savent pas le mots anglais et qu’elles ne savent non plus expliquer ce que c’est...Comme ça au moins je suis fixé.

 

Il est temps de penser à rentrer sur Shanghai, au guichet de la gare, je ne comprend pas trop, on me donne un billet, je le paye que 7 yuans, mais il n’y a aucune classe d’indiquée ni de numéro de siège. Je comprend mieux lorsque je vois la gueule du train...c’est une relique! Et comme personne n’a de place attribuer, tout le monde courent dans tous les sens c’est la ruer vers les sièges disponibles.  Je me trouve finalement un endroit ou me poser entre plusieurs chinois, j’ai vraiment l’impression d’avoir fait un bon dans le passé, tout parait si vieux, même les gens semblent provenir d’une autre époque, un vieil haut-parleur passe de la musique traditionnelle. Autre détail marquant, les gens balancent tous leurs déchets par terre et au milieu du trajet une femme viendra passer la serpillière mais avec une eau tellement noire et sale, que résultat le sol est encore plus crade après lavage qu’avant...

 

Rien de bien intéressant pour le reste du trajet et le retour à Shanghai...  

 

 

Le mercredi, c’est le grand jour, il temps d’aller récupérer les résultats, Jiayan passe me prendre à l’hôtel en début d’après-midi et direction la clinique...Tout semble en ordre, ils n’ont rien trouvé qui ne me permettrait pas de rester, mais l’électrocardiogramme, révèle un truc au niveau du cœur mais rien de sérieux apparemment....Je fais un peu de souffle au cœur de temps en temps mais bon... Je ferais contrôler ça en rentrant en France.  

On a plus rien à faire ici, maintenant qu’on a tous les documents nécessaires à la constitution du dossier, direction l’université.

 

Arrivé là bas, le gardien refuse de nous laisser rentrer à l’intérieur avec la voiture, Jiayan continu de négocier jusqu'à qu’il cède, je lui demande ce qu’elle a bien pu lui dire pour qu’il nous laisse passer. « je lui ai dit que j’étais prof de chinois et que tu étais mon élève » « non tu n’as pas osé?! » « Si.... » Grand fou rire...

 

De nouveau face au responsable des étudiants étrangers, je lui donne tous les documents, il lui faudra un bon moment pour rédiger le dossier....ah les joies de l’administration....Mais je suis content, j’ai trouvé plus compliqué qu’en France, mais vu la taille du pays, ils ont une sacré excuse aussi. Une fois le dossier complété, il m’informe cependant  que je vais devoir moi-même le porter à l’administration car ils ne font uniquement des demandes groupés, ce qui n’est pas le cas actuellement...Jiayan me dit qu’ils ferment tôt et qu’il faut mieux remettre ça à demain. Le gars me donne une carte avec l’adresse, je le remercie, récupère le dossier et nous nous en allons...

 

De retour, dans la voiture, Jiayan m’expose son plan pour le reste de la journée...Elle propose d’aller me monter un quartier traditionnel de Suzhou, de se faire un resto sur place, puis d’aller en boite...On est mercredi soir mais il n’y pas de raison...

Le quartier en question, entièrement rénové, est très joli. J’appelle Billy un collègue de promo en Stage à Suzhou, pour lui proposer de se joindre à nous ce soir; il n’était même pas au courant que Jiayan était originaire de Suzhou, c’était pourtant pas le genre de personne à négliger, je lui suis moi-même super reconnaissant, elle m’a vraiment été d’une aide précieuse et j’espère pouvoir lui rendre la pareille un jour en France... Il me dit qu’il a déjà un dîner de prévu mais qu’il viendra nous rejoindre après...Puis rappelle quelques minutes plus tard car finalement son dîner est annulé, Chen viendra nous rejoindre aussi.

Le resto est sympa, j’adore le cadre, l’ambiance, la nourriture est plutôt bonne aussi, l’adition n’est pas mal non plus,  il n’y pas à dire elles m’emmènent toujours dans de super restos...On reste discuter un long moment, le temps de laisser écouler un peu de temps car il est encore trop tôt pour aller en Boite...Moi je pense rentrer vite fait à l’hôtel histoire de me changer car cette fois je suis vraiment habillé comme un touriste, tongs, short et chemise à fleurs... Jiayan m’assure que cette boite est très tolérante pour les tenues vestimentaires mais le fait de porter des tongs me semble très risqué pour mes pieds, je décide donc quand même de retourner à l’hôtel.

 

Une Heure et demi plus tard je suis de retour (oui l’hôtel n’était pas tout près), les autres sont déjà à l’intérieure de la boite le « Seven Club », je rentre à mon tour à l’intérieure, la déco est sympa, elle ressemble un peu au Bowling Club à Shanghai. Je suis surpris c’est plutôt bondé pour un mercredi soir, je regarde un peu le tête et l’allure des gens, tout en cherchant les autres, je comprend rapidement que c’est la boite de la bourgeoisie locale et que les filles ne voulaient pas aller ici par hasard...Je finis par les apercevoir, Jiayan me fait un signe de la main, ils ont réussi à obtenir une table juste à coté de la piste de danse qui est d’ailleurs minuscule, les filles sont toutes fières de me montrer leurs nouvelles cartes VIP qu’elles viennent juste obtenir. Avec Billy, on décide de se prendre un pichet de cocktail à deux, car les prix ne sont vraiment pas donnés. Par contre la musique est vraiment horrible, les filles me disent de patienter, qu’il est encore tôt, ça va venir...En attendant, on joue à un jeux de dés chinois dont j’ai beaucoup de mal à saisir le principe et les règles... Sur une table un peu plus que la notre, j’observe un groupe de gros chinois entouré par des minettes, un des chinois sort un sachet d’extasie et  commence à en distribuer aux autres, ils gobent tous, filles comme garçons, je sent que d’ici une heure ça va être cocasse...

 

Les filles n’avaient pas menti, on a enfin de la vraie musique! Le DJ est déchaîné, il mixe et remixe comme un dieu, même des morceaux auxquels je n’aurais jamais pensé et jamais cru pouvoir entendre en Chine, tel qu’un groupe danois déjà très peu connu en France...

Il enchaîne les morceaux c’est un vrai régal, on décide d’aller sur la piste de danse, comme elle est très petite, on est très serré, le groupe de chinois ayant gobé des extas est en transe, un gros chinois dégouline de partout tandis que les filles se déhanchent comme des folles...On est beaucoup bousculé, Jiayan me place face à elle pour les contenir...Ca commence à me taper sur le système, j’en pousse un violemment histoire de lui faire comprendre, puis me retourne rapidement style c’est pas moi, j’ai rien vu j’étais pas là...

 

Billy doit rentrer assez tôt, il travail demain matin et surtout passé une certaine heure, il devra réveiller le gardien de son immeuble pour pouvoir rentrer chez lui...Je suis désormais le seul étranger de la boite et j’aurais le droit à une spéciale dédicace de la part du DJ...

Globalement si on met à par le groupe défoncé à l’exta, l’ambiance est beaucoup plus calme qu’à Shanghai, je sent déjà que lorsque j’habiterais ici, je reviendrais très régulièrement sur Shanghai pour faire la fête... Le seul chinois à être venu me parler est en fait un taiwanais, ce qui confirme le fait qu’ils sont quand beaucoup plus ouvert, mais comme je l’ai déjà dit, ils ont eu beaucoup plus de temps pour s’ouvrir aussi...

 

Vers 1h du matin les filles décident de rentrer, elles habitent encore chez leur parents et donc ne veulent pas rentrer tard...Jiayan me dépose à mon hôtel, je l’a remercie pour la journée et lui dis au revoir vu que je ne la verrais pas avant un petit moment, elle part voyager à travers la Chine durant plus d’un mois. Puis je rentre me coucher dans mon pitoyable lit...

 

 

Lendemain matin, ou devrais-je dire début d’après midi, je me lève, vais prendre ma douche, j’ai de la chance, je suis tout seul....Puis une fois prêt, je m’arrête dans un 24h acheter de quoi boire et de quoi grignoter avant de grimper dans un taxi... 35 yuans plus tard me voici au centre administratif de Suzhou...Bigre c’est grand! Je me fais balader de service en service avant d’enfin atterrir au bon, là je donne mon dossier, mon passeport, le gars vérifie que tout soi en ordre, avant de me donner un reçut et me dire de venir récupérer mon passeport dans 8 jours, seulement il faudra encore que je paye 40 euro pour le récupérer, j’en ai vraiment marre de me faire taxer...Mais ça fait une bonne chose de fait, désormais je suis tranquille jusqu’à la fin de mon séjour.

 

Je reprend un taxi pour retourner à l’hôtel, puis termine de faire mon sac avant de reprendre à nouveau un taxi direction la gare...Je rentre enfin à Shanghai!!!

 

De retour le vendredi de la semaine suivante, on m’annonce que mon passeport n’est pas encore prêt et qu’il faut que je repasse demain... Je suis content je viens de claquer 12 euros pour venir ici pour rien, et en plus sur le chemin du retour je me fais voler mon téléphone portable!!! Il y a vraiment des jours comme ça ou on ferait mieux de rester au lit!

De retour le lendemain à Suzhou, je me retrouve devant un centre administratif fermé, quelle conne!!! Elle n’aurait pas pu me préciser qu’ils étaient fermés le samedi??? Et encore 12 euros de claqué pour rien! En plus le taxi que je prends pour retourner à la gare, pensant que j’étais un touriste m’amène au parc ou se situe une pagode qui constitue sûrement une des plus grosse attraction de la ville...Je lui non c’est pas là que je veux aller, je lui redis en chinois que je veux aller à la gare, cette fois ci c’est bon il m’y emmène, mais il ose me demander de lui payer la première course, et puis quoi encore? C’est toi qui t’es planté, assume mon coco...

 

Ce weekend je crois que j’ai eu mon premier coup de blues depuis mon arrivé, j’aurais même craqué et acheté un camembert Président à 6.5 Euros... Mais le moral est revenu assez vite, lundi j’ai enfin récupéré mon passeport et à ma grande surprise ce n’est pas un visa que j’ai trouvé à l’intérieur mais bel et bien un permis de séjour, la grande classe quoi!

 

 

 

Et voila Suzhou c’est fini pour le moment, retour programmé pour la fin août pour y trouver un appart et m’y installer avant le début des cours à l’université... La suite de mes aventures à Suzhou sera en ligne à partir septembre...

commentaires

Didier 08/08/2005 03:32

Bienvenu en Chine, et encore tu t'en sort vraiment bien pour un gweilo. Moi les formalité administratives je demande toujours de l'aide a mes amis chinois car autrement on se fait entuber, question de culture.

马څŸ MA Teng 06/08/2005 14:35

salut julien! est ce que tu va bien en chine? je pense a toi beaucoup! j'ai vu ton Articles temp du temp mais ces sont un peu complices.
donc bon travaille et bonne chance!