• Zhu Li An
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou

Recherche

27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 05:34

Quasiment 20 jours après mon arrivé ici il est temps d'inaugurer la catégorie "Shanghai clubbing", vu que mardi dernier j'ai fait ma toute première soirée à Shanghai depuis 2007.

Capture d’écran 2011-08-27 à 13.31.53

2 copines en provenance de Suzhou, dont une ayant assisté à ma "scène de ménage" le weekend dernier, débarquent à Shanghai et m'appellent... "Julien, on a réservé une table au carré VIP du M2, ce soir tu viens!". Heuuu non, j'ai pas envie et demain je bosse... "putain, tu viens sinon on vient te chercher et on t'y traîne de force, tu vas voir on va passer un bon moment ça va te faire du bien...". Bon d'accord, mais à 1h au plus tard je suis couché!

Capture-d-ecran-2011-08-27-a-13.57.25.png

Oui depuis le temps, elles me connaissent bien, je suis donc aller les rejoindre et j'ai passé un super moment, la boite est vraiment sympa, la musique cartonne et les DJ sont bon, l'ambiance générale n'est pas trop huppé.... je suis même tombé sur un de mes anciens colocs de Suzhou, aussi en V.I.E. à Shanghai.

user565 pic2618 1266628201Malgré tout on trouve un paquet d'escort girl et je me suis rendu-compte que, certaines chinoises prennent les laowai pour des mecs très "cheap" je me suis fait branché de manière osée par un groupe d'étudiantes à peine mignonnes... Un peu plus tard j'ai poussé l'expérience un peu plus loin, étant le seul blanc sur une table VIP accompagné par des chinois, j'ai fait signe de la main à plusieurs reprises, à deux jolies chinoises qui accompagnaient pourtant chacune un occidental... Elles ont systématiquement laissé tomber le mec avec qui elles étaient pour venir s'asseoir à la table... Comme quoi le bling bling, et l'illusion d'avoir de l'argent à Shanghai font toujours autant fantasmer les shanghaiennes...n707133623 1810428 968733

 

Au final, j'ai fait la fermeture, ce qui ne m'a pas empêché d'être à l'heure au boulot le lendemain... Mais mes copines avaient raison, cette soirée m'a fait un bien fou, c'était exactement ce que j'avais besoin pour tourner la page après l'incident du weekend dernier.

Published by Zhu Li An - dans Party - Nightlife
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 05:14

Dimanche dernier en rentrant de Suzhou, durant ma marche à travers Shanghai pour rejoindre mon hôtel, assoiffé par la chaleur étouffante et par une course à pied pour semer les multiples rabatteurs qui traînent à proximité des gares... Je me suis donc arrêté dans une des très nombreuses supérettes ouvertes 24/24 pour me réhydrater et dans le rayon "eau" au milieu des eaux chinoises à moins de 4 yuans et des eaux françaises à plus de 20 yuans je suis tombé sur cette bouteille:

22082011179

Un petit bout de plastique contenant quelques molécules d'H20 en provenance d'un pays lointain qui a et aura toujours un place particulière dans mon coeur; le pays développé le moins pollué au monde: l'Islande!

Bref oui je fus très surpris de trouver cette bouteille ici à Shanghai... La mondialisation des échanges n'a vraiment plus aucune limite!

Published by Zhu Li An - dans Shanghai life
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 14:14

Pour ce premier retour de cette année 2011 dans mon "fief", j’ai pris mes précautions et ai acheté mon ticket de train plusieurs jours à l’avance, seulement l’aller vu qu’on ne peut pas  prendre de billet de train plus de 5 jours à l’avance…


D’ailleurs je ne sais pas qui est le génie qui a pondu l’idée que désormais tout le monde devrait présenter une pièce d’identité pour acheter un billet… c’est sûrement pour savoir qui se trouve dans une rame qui déraille et tombe d’un pont afin de ne pas à avoir identifié les victimes et pouvoir enterrer les rames avec les corps directement sur place comme à Wenzhou… Nan, je déconne, si j’ai bien compris c’est pour donner un coup de frein au marché noir de la revente de billet de train… Mais le problème c’est quand on est laowai, on ne peut pas se servir des machines à billet qu’on trouve maintenant en grand nombres avec pas beaucoup de queue… Nous on est obligé d’aller au guichet et attendre 45minutes en engueulant les chinois qui essayent de gratter votre tour, comme au bon vieux temps quoi… bonjour le progrès!

 

Bref vendredi, 20h départ de la gare centrale de Shanghai, à peine 30 minutes plus tard, arrivé à la gare centrale de Suzhou (oui il y a désormais 4 gares à Suzhou !?!).

 

Je me suis dit woah seulement 30 minutes de train?! Mais je vais revenir habiter à Suzhou moi! Vu que de mon bureau à mon nouvel appart c’est également 30minutes de trajet porte à porte! Sauf que... la déserte de taxi est très mal assurée… Il y a un autre génie chinois qui a eu la brillante idée d’orienter l’accès de la nouvelle gare cotée nord alors que l’ancienne se trouvait coté sud, du bon coté du périphérique par rapport au centre ville…

 

Résultat, 30 minutes d’attente supplémentaire pour choper un taxi! Dans la queue un jeune couple de chinois n’arrêtait pas de me dévisager, avant d’enfin oser m’approcher et me demander dans un anglais hésitant « excuse-nous, est-ce que c’était toi le DJ du 88 l’année dernière ? ». Forcement je rigole et répond oui, c’était bien moi, la fille engueule son copain genre « tu vois, je t’avais bien dit que c’était lui !» puis ils me demandent de nouveau « tu es revenu pour mixer? » et non désolé, je suis revenu juste pour passer le weekend… « ah dommage on aimait beaucoup ta musique! ».

 

Finalement 1h15 après avoir quitté Shanghai, j’arrive dans le nouvel appart d’un de mes meilleurs potes chinois, il a mis quasiment un an à faire sa décoration intérieure, mais le résultat  est simplement génial, je n'ai pas beaucoup vu d’appart en Chine aussi bien décoré, avec en plus tous les accessoires qui vont bien, écran géant 3d, sound system Boose 5.1, bar avec pression, tout le matos nécessaire pour faire des cocktails, d’ailleurs il me montre son balcon ou il y a que de la menthe à pousser, spécialement pour les mojitos!

 081920111063

Après s’être fait livrer de la nourriture il est temps de se préparer pour sortir… direction le Harry’s le meilleur bar de la ville qui a quand même sacrément changé au niveau de l’intérieur. Et c’est là que je me suis rendu compte que Suzhou est un petit village en fait, je suis tombé sur un max de connaissances, (dont mes anciens colocs à shilinyuan) qui sont resté me regarder d’un drôle d’air, « mais, mais depuis quand tu es de retour!?! ».

 

Et bien depuis ce soir!!! Bref  la soirée avance et il est temps d’aller régler leur compte à 2 chinois qui m’ont gravement énervé depuis quelques mois, même si  j’étais en France, j’ai toujours des yeux et des oreilles à Suzhou…

 

Cette première  personne était exactement là ou je savais qu’elle serait et elle s’est prise certainement la plus grosse et la plus violente perte de face de toute sa vie devant tous ses amis en plus, au moins maintenant elle a une bonne raison de dire du mal dans mon dos, si il a une chose qui me met hors de moi c’est qu’on abuse de ma confiance. Quand au second individu, ayant été prévenu de ma présence en ville, il a préféré partir se planquer tout le weekend, mais il ne perd rien pour attendre!

 

Reste de la soirée au 88 ou j’ai été royalement accueillis par mes anciens collègues avec la table qui va avec et boisson à volonté, même le manager avec qui j’avais eu un différent l’année dernière et qui est toujours là, est revenu s’excuser, mais je lui ai coupé la parole en disant que c’était du passé et que je ne voulais plus en attendre parler… Bref on s’est serré la main et on a trinqué tous ensembles jusqu’au petit matin…

 

 

 

Le samedi, j’ai passé le gros de la journée au lit à récupérer, puis balade au bord du lac Jinji avant d’aller retrouver mes anciens colocs en ville au Yanyang, mon resto préféré pour m’exploser la pense avec pleins de plats qui m’ont manqué… Puis balade digestive du coté de pingjiang lu avant de retourner boire un thé à Shilinyuan ou ils ont eu la brillante idée de mettre une grosse piscine gonflable sur notre énorme balcon, à coté du barbecue, trop bon pour faire des pool party! Je me suis également arrêté au Kedi de baita xi lu saluer mes anciennes professeurs de Suzhou hua, qui sont toujours là et elles se souvenaient parfaitement de moi.

 082020111106

Le reste de la soirée fut soft, passage vite fait du coté des boites de SIP, avec discussion pour d’éventuelles futures opportunités de mixer à nouveau le weekend dans quelques mois car pour le moment ce n’est pas ma priorité. Puis avant 2h du matin retour dans ma nouvelle résidence secondaire et bavardage entre potes jusqu’à tard dans la nuit…

 

Dimanche matin levé à 9h30 malgré tout, j’ai rendez vous pour déjeuner chez une amie de l’autre coté de la ville,  enceinte de plusieurs mois je la suis au marché du coin pour l’aider a faire ses courses en attendant que son mari rentre pour manger, un peu plus tard une autre amie est venus tous nous chercher en voiture pour aller à Guanqian Jie ou il y a de plus en plus de monde, chacun à fait un peu de shopping, Lina m’a acheté mon billet de train, vu que j’avais oublié mon passeport (il va vraiment falloir que je me fasse à cette nouvelle loi…) avant de se retrouver tous de nouveau pour un café... puis de bouger dans un super resto au d’autres amis sont également venu nous rejoindre… forcement à la fin du repas on s’est pris la tête à la chinoise pour savoir qu’il allait payé l’addition (en gros tout le monde veut payer pour avoir la face…)

 

Puis il est déjà malheureusement temps de se séparer, moi  je dois retourner faire  ma valise et repartir à Shanghai… L’arrivée fut assez pénible, déjà parce que l’air est beaucoup moins respirable qu’à Suzhou et surtout parce que je fus dégouté de voir que le metro ferme à 22h25 et que je n’ai plus assez de liquide pour prendre un taxi et encore plus parce que je ne suis pas foutu de m’orienter dans cette putain de ville et que je ne sais même dans quelle direction commencer à marcher!!!

 

Ps : j’ai fini par trouver…

Published by Zhu Li An - dans Suzhou life
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 18:54

Quelques jours après mon arrivée, il est temps de faire un premier petit bilan...

Shanghai depuis 2005 n'a pas ou peu changé, je ne parles pas de toutes les nouvelles tours et routes et lignes de metro... mais de l'âme et de l'esprit de la ville...

La qualité de l'air s'est quand même améliorée, si si je le jure (merci à l'expo universelle?), les gens sont plus civilisées dans le metro du moins sur les lignes les plus anciennes, les campagnes d'éducation ont porté leurs fruits, les gens laissent désormais plus ou moins sortir les passagers des rames avant de se ruer dedans.

Pour le reste, ils conduisent toujours comme des burnes, ils sont toujours autant amoureux de leur klaxon, d'ailleurs là il est 3:00 du matin et si je ne dors pas, ce n'est pas à cause du décalage horaire, ni parce que je rentre de Club, mais bel et bien à cause du concert de klaxon permanent de HuaiHai Zhong Lu!!! mais aussi surtout à cause de la qualité d'isolation légendaire des doubles vitrages chinois...

Les shanghaiens n'ont pas changé non plus, on en voit toujours se balader en pyjama dans les rues, ils sont toujours obsédés par l'argent et le blingbling... Leur dialecte est toujours aussi horrible à entendre, et ils gueulent toujours autant...Je ne dirais rien pour le moment sur les Shanghaiennes...

 

Autre point qui m'a marqué, c'est le nombre de personnes se trimbalant dans la rue avec un Iphone ou un Ipad, c'est assez hallucinant! Mon meilleur pote chinois qui travail pour Apple à Shanghai m'a dit que pour la sortie de l'Ipad2, ils ont été obligé d'appeller la police et l'armée pour évacuer les clients mécontant de l'Apple Store de LuJiaZui lorsqu'ils se sont retrouvé en rupture de stock...

 

Pour la météo, pas de changement, c'est chaud, humide et orageux, un vrai de "temps de chatte" pour reprendre l'expression d'une connaissance.

 

J'ai globalement trouvé qu'il y avait beaucoup moins d'expats... certainement parce que nous sommes au mois d'aout et qu'ils sont tous ou presque en vacances? Pourtant ils sont toujours aussi nombreux à débarquer, la preuve: 18 jours de delai d'attente pour pouvoir passer la visite médicale nécessaire à l'obtention du permis de travail et de résidence, du grand n'importe quoi quand on s'est que normalement tous les formalités doivent être faite en moins de 30 jours... Heureusement que ma société à de bon rapports avec le bureau de l'immigration (en même temps il y a bien une trentaine d'expats...) sinon j'aurais été obligé de quitter la Chine début septembre pour faire une nouvelle demande de visa Z.

 

Le plus frappant, c'est l'augmentation du cout de la vie, les loyers sont devenus déconnant, et presque partout dans la ville, à moins d'aller dans le fin fond de la banlieu ou dans des logements insalubres, dans certains quartiers c'est même devenu plus cher que Paris!!! M'obligeant donc de revoir fortement à la hausse mon budget logement, d'ailleurs je n'ai toujours pas trouvé d'appartement, les recherches continuent...

 

J'avais gardé en tête le cout de la vie de Suzhou et je commence à me rendre compte qu'être en V.I.E. à Shanghai ne veut plus dire être le roi du pétrole... même si cela laisse de quoi vivre confortablement.

 

Published by Zhu Li An - dans Shanghai life
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 22:00

Pour tous les jeunes français en Chine, étudiants ou fraichement diplômés, qui désirent ardemment rester faire leur trou dans ce pays, ces 3 lettres sont souvent synonymes de sésame qui ouvrent les portes du succès et un tremplin vers un contrat expat ou contrat local+.

 

Cela faisait moi aussi longtemps que j'étais à la recherche de ce type de contrat et tout vient à celui qui sait attendre, même si ce ne fut pas une partie de plaisir.

 

Retour en arrière, j'ai commencé mes recherches en octobre 2010, après plusieurs entretiens, j'ai une réponse positive début décembre pour un poste à Wenzhou dans le Zhejiang; j'exulte, trouver un VIE en à peine 2 mois, ce n'est pas donné à tout le monde!

 

Début janvier, je commence ma formation en France et le départ en Chine est prévu pour fin février. Mais fin janvier, le dernier jour de ma formation on m'annonce que la mission est annulée!!! Je suis assommé par la nouvelle et demande ce que j'ai pu bien faire pour mériter ça, les dirigeants m'assurent que mon comportement n'est absolument pas en cause, mais ils se seraient fâchés avec leurs associés chinois, vu que l'usine en Chine est une JV et du coup ceux-ci refusent d'accueillir un français de plus!

 

A quelques jours du départ la pilule a du mal à passer! Après un weekend de déprime, le lundi suivant, je reprends mes recherches, plus déterminé que jamais. En 15 jours je décroche plusieurs entretiens et moins d'un mois après m'être fait planté, on me donne une nouvelle réponse positive!

 

Cela nous amène au 14 mars, journée et même semaine que je ne suis pas prêt d'oublier de si tôt, le matin en route vers l'entreprise pour démarrer ma formation, la mère de mon meilleur ami me téléphone pour m'annoncer sa mort. J'arrive en larme à l'entreprise...

 

Et comme si, cela ne suffisait pas, en fin de journée, une autre société pour laquelle j'avais postulé en février m'annonce que je suis également leur candidat sélectionné. En temps normal, j'aurais jubilé, avoir le luxe de choisir son V.I.E. en Chine entre 2 sociétés c'est tout simplement énorme! Mais au regard de la douleur de perdre un proche aussi subitement, surtout à cet âge là, 26 ans... cela ne facilite en rien ma décision, au point que je n'en dors plus la nuit.

 

Pour résumer, je suis pris dans une grosse PME, leader mondial dans son domaine, j'adore leurs produits et leur secteur d'activité, en revanche j'ai quelques craintes concernant la mission, vu que je vais être parachuté absolument tout seul en Chine dans la province du Shandong, en première ligne pour défricher le marché au coupe-coupe... V.I.E. d'un an renouvelable.

 

Et d'un autre coté, j'ai un énorme groupe scandinave, les produits et le secteur d'activité sont moins plaisants mais très loin d'être inintéressants quand même, le poste est basé à Shanghai, ville que je n'aime pas comme vous le savez bien... mais avec de très nombreux déplacements dans tout le reste de l'Asie! (car vous vous doutiez bien que si j'ai accepté d'aller à Shanghai c'est qu'il y avait une bonne raison...) Et surtout, je seconde un responsable de zone déjà en place depuis plusieurs années et bénéficie donc de son expérience professionnelle, ce qui n'est pas négligeable en comparaison de se retrouver tout seul... V.I.E. directement de 24 mois.

 

Avouez qu'il y a de quoi fortement hésiter!

 

Ayant été super bien accueilli par la première société qui s'est montré très compréhensif, par rapport à ma situation personnelle, j'hésite de plus en plus et les jours passent, mais ma préférence reste pour le groupe suédois, leur offre me parait plus sécurisante et par les temps qui courent je pense que la prudence est de rigueur. C'est ainsi que le vendredi matin, je remis ma lettre de démission à la première société et confirmais ma venue à la seconde...

 

Je repars donc en Chine et ça sera à Shanghai! Même si vous vous doutez bien que je profiterais des moindres occasions durant mon temps libre pour filer à Suzhou qui est parait-il plus qu'à une demi-heure train maintenant...

TGV-chinois.jpg

 

 

 Et pour ceux qui sont toujours en recherche ou qui s'apprêtent à débuter leur recherche de V.I.E.,  après mon expérience voici quelques conseils qui pourraient vous aidez:

 

Sachez tout d'abord que la Chine est l'une des destination les plus demandées, pour tous les V.I.E. le nombre de candidats est complètement disproportionné par rapport au nombre d'offres (genre 1 pour 1000), bref que le concurrence est rude!

 

- Organiser sa stratégie de recherche! Il y a différents choix possibles comme se concentrer principalement sur les offres publiés sur le site du civiweb au moins vous êtes certains de répondre à une mission ou un besoin réel de l'entreprise. D'autres vont se consacrer d'avantage à envoyer des candidatures spontanées, ce qui permet d'élargir le champs de recherche (dans ce cas, bien prendre le temps d'expliquer ce qu'est un V.I.E. et quels sont les avantages pour les entreprises, car elles ne le savent pas forcement). Une idée simple consiste à lire la presse économique et si vous voyez que telle ou telle société va investir en Chine, ou ouvrir un nouveau bureau/nouvelle usine, rien ne vous empêche de leur envoyer immédiatement une candidature spontanée, avec un peu de chance vous répondrez à un besoin voir carrément créez le besoin parce que la société n'y pensait pas forcement... Je connais certains qui sont partis directement en Chine pour trouver sur place et qui ont réussi, ce n'est pas évident mais cela permet de rencontrer certains décideurs; il vaut mieux dans ce cas déjà bien connaître le pays et posséder un niveau solide en Mandarin. Et enfin, il reste le réseau (ou le piston...) mais tout le monde n'a pas la chance d'avoir les connexions nécessaires pour décrocher un V.I.E. de cette façon! Après cela dépend que de vous, il n'y a pas de stratégie meilleure que l'autre, moi j'ai personnellement fait le choix de me concentrer sur les offres diffusées sur Civiweb et cadres export, au final peut importe le moyen, seul le résultat compte!

 

- Prendre le temps! D'après les chiffres du civiweb, 8% des candidats ont trouvé leur V.I.E. en moins d'un mois, 36% entre 1 et 3 mois, 6% entre 4 et 5 mois, 16% en 6 mois...

On dit que trouver un emploi est déjà un job à plein temps et c'est loin d'être faux. Il faut, être disponible pour les entretiens (certaines sociétés ne vous donneront qu'une date et si vous n'êtes pas disponible tant pis pour vous), ne pas avoir peur de traverser la France entière, du coup si vous avez déjà un travail à plein temps, cela peut-être difficile de se libérer. Après tout dépend de la situation de chacun, si vous venez de sortir de l'école je vous conseille de d'abord trouver un job en France/Europe le temps de trouver autre chose car cela vous apporte de l'expérience. Mais rien ne vous empêche de sélectionner une entreprise ayant une filiale en Chine et dans un second temps de convaincre votre patron de vous y envoyer en V.I.E. Si vous avez mis quelques économies de coté, vous pouvez aussi prendre 6 mois pour vous consacrer pleinement à votre recherche en France en faisant un peu d'intérim à coté ou alors directement sur place en Chine, en vous inscrivant dans une fac chinoise pour améliorer votre niveau de Mandarin en même temps. Au final cela dépend aussi de votre projet de vie/carrière, si votre but est de vivre en Chine, dans ce cas il vaut mieux mettre en place une stratégie sur le long terme, le cas échéant vous risquez devoir être obliger de rentrer en France plus ou moins rapidement ou d'être contraint d'accepter d'être payé et de vivre comme le chinois moyen pour au moins quelques temps.

 

- Connaître le terrain! Ce n'est pas le plus important, n'y même essentiel pour décrocher un V.I.E. en Chine, mais à candidature égale cela peut faire pencher la balance en votre faveur, n'hésitez pas lors d'un entretien ou même dans votre lettre de motivation (dans ce cas, le faire de façon très concise) à parler de vos mésaventures et des galères que vous avez pu vivre en Chine dans le passé et bien sur mettre en avant les leçons que vous en avez tiré. Cela montrera votre détermination au recruteur, que vous avez les reins solides pour encaisser les chocs et rebondir, bref que vous savez ce qui vous attend une fois sur place.

 

- Viser juste! C'est essentiel pour éviter de s'éparpiller, commencez par réfléchir sur le type de poste ou mission que vous voulez, les secteurs d'activités qui vous intéressent, sur ce que vous savez faire et sur ce que vous pouvez apporter à l'entreprise et surtout sur les offres qui vous sont accessibles selon votre expérience et votre parcours. Par exemple, même si vous avez fait une école de commerce, rien ne sert de postuler un V.I.E. d'analyste financier ou de contrôleur de gestion si vous n'avez pas fait la spécialité qui correspond ou des stages dans le domaine et ça même si vous êtes un grand spécialiste de la Chine et que vous parlez Mandarin aussi bien qu'un chinois. Évitez également de perdre votre temps avec les offres des très grands groupes français trop élitistes si vous n'avez pas fait une "grande école" et que vous n'avez personne pour vous pistonner. Autre exemple, j'ai transmis une offre à un camarade de promo qui travaillait en Chine dans un secteur d'activité proche et pourtant à un poste différent de celui demandé par la société, mais je savais que son profil correspondait, résultat il a postulé et a été pris du premier coup. Travaillez votre lettre de motivation, elle est déterminante et dire que vous aimez vivre en Chine et que vous parlez chinois c'est bien mais ce n'est pas suffisant! C'est pour cette raison que certains arrivent à décrocher un V.I.E. sans parler un mot de chinois et sans avoir mis un pied dans le pays auparavant (et que cela énerve les passionnés et autres qui galèrent en contrat local ou pseudo stage en Chine). L'un des points les plus importants c'est la cohérence de votre parcours/projet professionnel, pourquoi la Chine et pourquoi ce poste là en particulier, vous devez être en mesure d'expliquer et justifier tout écart ou changement d'orientation au recruteur, sous peine d'être éliminé. Pour mon cas, je ne partais pas favoris, l'autre candidat finaliste pour le poste avait un excellent relationnel et était vraiment très à l'aise à l'oral (tout le monde n'a pas cette chance) et en plus parlait Mandarin très probablement mieux que moi! Mais mon parcours et mon projet professionnel a été jugé plus cohérent que le sien, ajoutez à cela de meilleures connaissances techniques dans le domaine lié aux produits, plus le fait qu'ils n'ont pas réussi vraiment à me déstabiliser lors des entretiens alors que mon adversaire a trébuché,  (il faut vous y attendre, certains recruteurs aiment déstabiliser les candidats pour voir leurs réactions et qui ils ont réellement face à eux) et j'ai réussi à renverser le pronostique en ma faveur (bien évidement je l'ai su que plusieurs semaines après avoir intégré l'entreprise).

Dernier conseil, de plus en plus d'offres demandent d'être courant en Madarin, ne vous laissez pas décourager, les candidats ayant un tel niveau ne sont pas encore si nombreux que ça; si vous pensez que vous avez un bon profil pour le poste mais que vous avez seulement un niveau intermédiaire, postulez quand même! Par contre si vous êtes débutants et que vous alignez à peine 3 phrases, soyez réaliste et honnête en vers vous-même; de toute façon l'entreprise vous fera très certainement passer un oral pour tester votre niveau.


- Être réactif! Il faut surveiller les offres tous les jours ou tous les 2 jours et faire partir votre candidature le jour même ou vous lisez une offre qui vous intéresse, car pour une offre de VIE en Chine, le recruteur va recevoir minimum 300 candidatures dont les 2/3 hors profil demandé... Donc pour avoir une chance, il vaut mieux être dans les tous premiers a être lu, avant qu'il commence à s'énerver à lire des CV qui n'ont rien à voir avec ce qu'il demande...


A savoir également: les règles des autorités chinoises en matière de délivrance de permit de travail (indispensable pour un V.I.E. en Chine, sauf pour Hong kong) handicapent fortement les jeunes diplômés, vu qu'il faut au minimum un bac+4 et 2 années d'expérience professionnelles postérieures à l'obtention du diplôme et qu'elles soient en rapport avec le futur poste en Chine!

Cependant, pas de panique, si vous venez d'avoir votre diplôme ce n'est pas mission impossible, les stages peuvent être parfois considérés comme expérience professionnelle. 

 

Les autorités chinoises délivrent une licence d'emploi contre la remise de plusieurs documents (photocopie de passeport, diplômes...) dont votre CV; le but du jeu est donc d'adapter (pour ne pas dire falsifier) votre CV afin qu'il remplisse leurs exigences... Attention, vous n'avez pas le droit à l'erreur, si elles ont le moindre doutes, elles vous demanderont des justificatifs (certificats de l'employeur, bulletins de salaire...) dans ce cas il devient très difficile de rattraper le coup. 

Si vous avez fait vos stages en Chine sans avoir de permit de travail, (comme tous les stagiaires en Chine au final) alors évitez de les déclarer sur votre CV, ces expériences seront jugées comme illégales (puisque pas de permis de travail) aux yeux des autorités chinoises.

 

Attention à l'âge également, si vous avez 22-23 ans c'est difficile de justifier d'un bac+4 et de 2 ans d'expériences, passé 25 ans vous êtes déjà beaucoup plus crédible.

Dans tous les cas, bon courage, bonne chance et bonne chasse et peut-être à bientôt sur Shanghai!

et pour plus d'infos ça se passe ici: http://www.civiweb.com

Published by Zhu Li An - dans blog news
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 22:18

Après quasiment 1 an en France et presque 9 mois après avoir volontairement rendu mon blog inaccessible, il est temps de le remettre en ligne... Vu que je suis actuellement à l'aéroport Charles de Gaule sur le point d'embarquer sur le vol AF112 à destination de Shanghai Pudong, pour mon 5ème séjour en Chine qui (si tout va bien) devrait durer 2 ans au minimum....

airfrance.jpg

Je ne l'ai pas choisi, mais au final je vais débarquer en Chine le 08/08, et le 8 est le chiffre de la chance et de la fortune pour les chinois, ça s'annonce plutôt bien, même si j'aurais souhaité revenir beaucoup plus tôt! (pour des raisons que j'évoquerais plus tard ou non)

Mais cette fois-ci,  je ne vais pas uniquement me contenter de la Chine et encore moins de Suzhou (même si cette ville restera à tout jamais dans mon coeur), alors j'annonce que serais basé à Shanghai et que je devrais bouger dans les mois à venir en Corée du Sud, et il y aura certainement aussi des voyages de prévu au Vietnam, au Japon, à Taiwan, à Singapour, en Indonésie, aux Philippines et voir même en Thaïlande!

Published by Zhu Li An - dans blog news
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 15:05

Plusieurs proches m'ont admis avoir été choqué par le contenu récent de mon blog et étant en période de recherche d'emploi, ils m'ont donc fortement conseillé de supprimer une partie de mes articles, en disant que si un recruteur tombait sur mon blog ça ne lui donnerait surement pas envie de m'embaucher...

-Z8A-NH-QWVQOP-DLTPLY3S.gif WTF!?!

 

Quand on revient du pays de la censure et qu'on rentre soit disant dans le pays des droits de l'homme et surtout de la liberté d'expression, ça fait mal à entendre quand même!

Même si c'est vrai que la dernière partie de mon dernier séjour en Chine fut un peu olé olé... pourtant je ne vois rien de très choquant, j'ai peut-être simplement sur-estimé l'ouverture d'esprit de mes proches...

 

Pour ce qui est du retour en France,  généralement je suis content d'arriver, revoir la famille, manger français, chocolat, dessert yaourt, fromage, du bon steak... mais bon rapidement, je me fais chier, surtout comme dans mon cas, tu passes d'une ville de 6 millions d'habitants, ou t'étais un peu le DJ "vedette locale" à un patelin de Bretagne ou il y a plus de vaches que d'habitants et ou à force d'être parti depuis longtemps tu ne connais plus personne ou presque...


Après je n'ai pas été gâté par le "climat social" en France, de voir des lycéens faire grève pour la retraite et une autre minorité de connards bloquer les dépôts de carburant pour empêcher les gens d'aller travailler ou bien comme moi d'aller à des entretiens, il a de quoi être écoeurer et de penser que la France est un pays qui marche vraiment sur la tête...

Du coup je passes par une petite phase de déprime, ou je penses que la majorité des gens autours de moi sont cons et ne comprenne rien à la façon dont le monde fonctionne... La France est un pays ultra-conservateur qui a peur du changement, un pays qui vit au dessus de ses moyens et dont les enfants gâtés que sont les français, refusent de voir la vérité en face, c'est à dire que la France n'est qu'à peine l'ombre du grand pays qu'elle fut autrefois ou comme ont dis les "Guignols de l'infos", "la France, un pays qui avait de la gueule, il y a fort bien longtemps...  Pourquoi? A qui la faute? Je m'en fous je ne veux pas savoir; mais là encore il y a une chose de typiquement français, quand ça va mal c'est toujours la faute des autres... Ce refus de se remettre en question m'énerve un petit peu, même si au fond on est tous un peu comme ça, accepter la vérité fait parfois mal et on préfère vivre dans l'illusion... Mais comme je l'ai déjà dit, cette morosité ambiante est déprimante et n'aide absolument pas à la réadaptation à la vie locale.

Bref j'ai tendance à m'isoler et ne pas vouloir sortir de chez moi pour voir du monde, sauf des personnes que j'ai connus en Chine et dont je sais qu'ils partagent le même point de vu.

Du coup, j'ai vite abandonné l'idée de rester au pays comme je comptais le faire à mon départ en Chine et je ne veux plus qu'une chose, c'est repartir. Le monde est grand et ne se limite pas à la Chine, mais dans mon cas, j'ai acquis un bon niveau de mandarin et une bonne connaissance de la culture, donc c'est plus facile à faire valoir pour trouver du boulot que dire j'ai toujours eu envie d'aller en Suède ou en Norvège, je ne parle pas un mot de Suédois ou Norvégiens mais ce n'est pas grave j'apprendrais vite sur place sous la couette avec de jolies scandinaves...

Et le moyen pour repartir en Chine avec de bonnes conditions c'est bien sur le V.I.E., je postule à des offres depuis le mois d'octobre, j'ai laissé tomber les offres des grands groupes français car de toute façon dès que tu as un parcours atypique et que tu ne sors pas d'une "grande école", ton cv va directement à la poubelle. Je vise plus les offres de P.M.E. ou P.M.I. en particuliers les offres, marketing technico commercial, gestion production et contrôle qualité vu que j'ai fait un premier cycle technique avant d'aller en école de commerce, et je sais par expérience que peu de gens ont cette double casquette...

 

On verra bien... Mais en attendant, je suis forcé d'admettre que les craintes de mes proches sont fondées, vu qu'il suffit de taper "Julien Chine" sur google pour tomber sur mon blog en premier résultat, très facile donc pour un recruteur de me retrouver. 

 

Je dois donc me résoudre à le bloquer pour une période indéterminée, plus enlever un maximum de liens et de mots clefs pour qu'il se perde de nouveau dans les méandres du net et faire le ménage sur facebook... Bref cet article sera donc le dernier... jusqu'à un nouvel hypothétique départ en Chine. 

Published by Zhu Li An - dans Autres&divers
commenter cet article
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 15:06

Voilà, la chine c’est terminé pour moi et logiquement se termine aussi mon blog…


J’ai beau adorer vivre à Suzhou, il n’est plus raisonnable de rester ici dans de telles conditions… J’en ai assez de ne pas trouver un véritable emploi accompagné d’un véritable salaire. Pourtant Dieu seul sait (si jamais il existe) que j’aime cette ville, mais pas au point d’accepter d’être payé/exploité comme un chinois moyen.


A Suzhou, dans la vieille ville, j’avais trouvé un refuge, un petit coin de paradis, 14km2 ou je me sentais bien et heureux…  Ce genre d’endroit est rare sur cette terre, avant d’arriver ici par hasard en 2005, il n’y avait qu’en Islande ou je me suis senti aussi bien.

Les gens dans mon quartier étaient simples et vivaient simplement, loin des tours modernes de SIP ou SND ou les nouveaux riches chinois consomment frénétiquement et fanatiquement, ou ils ont abandonner leurs vélo et E-bike pour des voitures polluantes qu’ils utilisent systématiquement même si ce n’est que pour faire moins d'1km, tout ça pour une histoire de face… Ces derniers temps lorsqu’il m’arrivait de m’y rendre, je m’y sentais très mal à l’aise…j’avais l’impression d’être dans un autre pays ou une autre ville. Car même les riches  dans la vieille ville se la jouent discret…Ce que je veux dire, c'est qu'en vivant dans la vielle ville, je n'avais jamais besoin d'aller très loin pour me rappeler à quel point je suis déjà privilégié et je vivais loin de la tentation de m'acheter du "bien être matériel" qui au final est tellement futile et inutile... ALors qu'en vivant dans SIP, tout est déjà beaucoup plus cher que dans la vieille ville, il n'y a pas grand chose à faire à part trainer dans les malls commerciaux ou tout est fait pour nous poussez à consommer. On lorgne sur la richesse de ses voisins et on finit par les envier, comme me l'a confié un ami chinois... Oui ce séjour en Chine m'aura aussi montré les excès de notre société de consommation.

426647469_e7db3dd3dd.jpg

Preuve de mon intégration, pas mal de commerçants de ma rue ou de mon quartier me connaissaient, m'appelaient par mon nom chinois, certains me faisaient même exceptionnellement crédit, d'autres très honnêtes me rendaient la différence de monnaie lors de ma prochaine visite lorsqu'ils se rendaient compte qu'ils avaient fait une erreur, et beaucoup prenaient le temps de faire un peu de causette.


Rentrer en France n’aura jamais été aussi douloureux,  Suzhou à la longue était devenue mon chez moi, faisait parti de moi, tout comme je faisais parti de Suzhou, c’est donc une part de moi que je dois arracher et laisser derrière moi.


Ma vie ici va terriblement me manquer, encore plus après ces derniers mois qui ont été très intenses à tous les niveaux…


Petite liste de ce qui va me manquer :


-  -La vieille ville de Suzhou et le district de Pingjiang

Leo 7532

-  -Tous mes amis chinois ou étranger ici

-  -Mon appart à shilinyuan « le Suzhou Palace »

appart09_1354.jpg

-  -Mon Scooter électrique et les montées d’adrélanine que provoque la conduite en Chine.

divers2 1749

-  -Mixer et voir le club et le public s’enflammer en fonction de la musique que je passe

2010-2077.JPG

-  -Les filles et leur regard (et pas que les chinoises)

- H6-2Y_-GV2-V-G-75S_Q30F.gif

   -Traverser un Guan qian jie désert d’ouest en Est à fond en scooter aux lueurs du jour, alors que c’est strictement interdit, bref rouler les cheveux dans le vent, à la chinoise sans aucun respect du code de la route…

-  - Prendre mon petit déjeuner sur ma terrasse à regarder le soleil se lever et mes bonzaïs pousser

-  -Mes bonzaïs

2010 1804

-  -La nourriture chinoise, certains plats que je ne pourrais pas retrouver en France vont me manquer et autres restaurants pas cher.

-  -Mes grand-mères chinoises du kedi de ma rue, qui m’apprenaient à parler le dialecte de Suzhou.

-  -Tellement d’autres choses…


 

Il n’y a guère que certaines mauvaises habitudes chinoises, comme par exemple leur arrogance croissante, leur façon de conduire, leur manque d’hygiène et de civisme et autres trucs comme la censure du net et de l’info qui ne vont pas me manquer… Quoi que la censure de l’info a parfois du bon, cela permet d’avoir des bonnes nouvelles en premières pages des journaux et en titres des journaux télévisés et de créer un certain optimisme ambiant, pas comme en France ou on a presque envie de se suicider après avoir regarder le journal de 20H. La météo (Très chaud et très humide l'été et froid et très humide l'hivers), la mauvaise qualité de l’air et de l’environnement, même si à Suzhou on n’est pas les plus à plaindre, ne vont pas me manquer non plus.

 

Tout comme le fait qu’il est très difficile de faire confiance à des chinois, au bout de 5 ans, j’avais toute confiance en mes amis islandais, j’aurais confier ma vie entre leur mains sans problème, et bien au bout de 5 ans, je ne peux malheureusement pas en dire autant de tous mes amis chinois. En affaires, je dirais que c’est tout simplement trop risqué de leur faire confiance, la tentation de nous enculer est trop forte, ils ne peuvent y résister, même si ça leur fera du tord par la suite, cela vient du fait qu’il n’arrive pas souvent à penser sur le long terme. « les chinois en ont une petite, mais ils vous la mettent bien profond… »


Même si il existe des chinois d’une grande honnêteté, mais attention, ils sont rares, si vous avez la chance d’en trouver, faite en sorte de garder de bonnes relations avec eux. À titre personnel , mes amis chinois en qui j’ai une entière confiance, je les comptes sur les doigts d’une seule main.


Et c’est pour cette principale raison, que j’ai bien envie de tourner définitivement la page Chine.


 

Sur la vie que j’ai mené ces 6 derniers mois, bon oui j’avoue ce ne fut pas vraiment toujours très moral, le monde de la nuit est fait ainsi, mais je n’ai absolument aucun regret, même si je suis content d'en être sorti.

En fait je crois que chaque homme devrait vivre une expérience similaire avant de vraiment se caser, ça éviterait beaucoup de divorce par la suite je pense… Beaucoup d’expats ou de chinois dépensent pas mal chaque weekend, pour se genre de sensations « get High », alcool musique, filles… alors que moi j’étais payé pour vivre ça… (enfin sauf l'alcool, même si j'acceptais un verre de temps à autre, moi j'étais là pour travailler, pas pour me bousiller la santé avec de l'alcool à l'origine douteuse; j'avoue même qu'à force de voir cette consommation d'alcool effrénée au quotidien, ça fait sérieusement réfléchir...  D'ailleurs je ne bois quasiment plus une goutte d'alcool depuis.)


Certains Expats m’ont avoué envier mon style de vie (je pense qu’en réalité ils enviaient particulièrement mes fréquentations et surtout la certitude que ces filles, en plus d’être belles, n’en avaient pas après mon argent, vu qu'elles savaient que j'étais DJ, alors qu’eux ne pouvaient pas en être aussi sur). Tandis que moi j’enviais leur stabilité et leurs revenues,  comme quoi l’herbe est toujours plus verte ailleurs. N’est-ce pas le propre de l’être humain que de n’être jamais satisfait et de toujours envier ses voisins ?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

C’est difficile de résumer  un long séjour en Chine en quelques phrases, je n’ai pas de regret à être venu en Chine,  j’ai appris énormément sur ce pays, sa culture et sur moi-même. Je pense avoir maintenant une certaine idée de la façon dont pensent les chinois, même si beaucoup d’entre eux refuseront d’admettre qu’un laowai en soit  capable ; ça aussi ça me fera toujours rigoler, eux peuvent nous comprendre mais nous on ne peut pas... J'ai fait mon maximum pour m'intégrer en me fondant dans la masse sachant que c'est mission impossible, un blanc ne pourra jamais être chinois. Dans le meilleur des cas on ne pourra qu'être Zhongguo Tong et c'est déjà beaucoup; ou encore, Suzhou Tong dans mon cas, car je pense maintenant pouvoir affirmer sans trop me vanter que peu d'expats connaissent cette ville aussi bien que je la connais.

 


Sur ces années en Chine, si je ne devais avoir qu’un seul regret, et bien c’est elle :

 4.jpg

Oui encore et toujours elle, je regrette d’avoir croiser son regard un jour d’automne 2005, parce que depuis notre rupture, elle a laissé un vide dans mon cœur qu’une autre fille n’est pas prêt de pouvoir combler et une cicatrice que le temps ne semble pas être capable de refermer… Même si j'ai fini par m'attacher à quelqu'un d'autre, j’ai l’amer sentiment d’avoir trouvé l’amour de ma vie, de l’avoir laissé passer et ne rien pouvoir y faire pour le récupérer. Cette fille avait le don extraordinaire de me comprendre mieux que ma propre mère et d’un simple regard d’être capable de deviner chacune de mes pensées, même les plus intimes.

 

Désormais, je ne sais absolument pas ce que me réserve la suite…  J’ai beau essayer de me réjouir de rentrer en France, je n’y parviens pas. Les seuls avantages que je vois à rentrer sont de retrouver ma famille, les très rares amis qu’il me reste, la nourriture française, respirer un air pure et boire une eau de meilleure qualité… espérer trouver un boulot avec un salaire « décent » et bénéficier d’une vrai couverture sociale... et… heu….attendez je réfléchis... Bah… en fait... hum… voilà c’est tout.


Bref, ça ne pèse pas lourd dans la balance comparé à tout ce que je laisse derrière moi en Chine, ici la vie était malgré tout, simple et agréable.


Il y avait une voix dans ma tête qui ne cessait de répéter que je devrais envoyer tout valser, continuer de mixer et de profiter au maximum de la vie, quitte à mourir jeune d’une mort violente et tragique… J’ai préféré écouter la voix de la sagesse et  j’espère ne pas le regretter par la suite. De toute façon je savais dès le départ que cette "période DJ" n’était que provisoire et j’ai donc fait le maximum pour garder les pieds sur terre et en profiter à fond.


Cependant je ne me fais pas d’illusion sur ce qui m’attend, je sais très bien que je ne retrouverais jamais une vie aussi exaltante en France, vivre en Chine au milieu des chinois apportait ce petit piquant parfum d’exotisme qui rend les journées intéressante et fait de chaque jour qui passe une nouvelle aventure à l’issue incertaine.

 

Je vais retomber dans la banalité la plus profonde de mon petit patelin de Bretagne, je serai de nouveau un français parmi tant d’autre en France et plus “Julien de Suzhou” ou alias 朱利安 pour les chinois. Le coin a beau être joli, je m’y suis toujours ennuyé à mourir, rêvant d’horizon lointains et d’exotisme en attendant le prochain départ pour enfin revivre de nouveau, comme bon nombre de générations de voyageurs Bretons avant moi.


La France est un beau pays où il fait plutôt bon vivre, même si c’est de plus en plus difficile, surtout pour les jeunes. Ce qui m'exaspère avant tout c'est le pessimisme ambiant des français, on a tout pour réussir, mais on ne sait que se plaindre comme les enfants pourris gâtés que nous sommes... Bref ce pays n’est pas fait pour moi. J’ai ce besoin vital d’être à l’étranger, dans une autre culture et que les gens parlent une autre langue autour de moi, pour me sentir exister. Du coup la question que je me pose est combien de temps vais-je pouvoir rester avant de repartir et quelle sera ma prochaine destination, car je ne suis pas certains  pour le moment de revenir en Chine et encore moins à Suzhou, je crois que j’ai malheureusement expiré mon quota de chance de faire mon trou ici (mais bon, ne jamais dire jamais).

 

J’espère au moins que certains d’entre vous ont apprécié me suivre et me lire, que d’autres ont trouvé des infos utiles sur Suzhou ou la Chine, comme ça ce blog n’aura pas été inutile. Moi de mon coté ce blog m’a permis de me défouler, d'écrire mes pensées et émotions à des instants T de ma vie et ainsi faire le vide quand j'en avais besoin et rencontrer quelques personnes sympas que je compte désormais parmi mes amis.


C’est ainsi que, 10 jours après être rentré en France, se terminent « les aventures de Julien en Chine ».


Qui vivra verra !

2010 2079

Published by Zhu Li An - dans blog news
commenter cet article
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 22:00

 

Macau 2201Macau, situé à l'embouchure du Delta de la Rivière des Perles à l'ouest de Hongkong, ancienne colonie portugaise jusqu'en 1999, date de sa rétrocession à la Chine, est aujourd'hui surtout connue pour ses casinos et ses bordels... Bref haut lieu de débauche et de luxure, Macau est le Las Vegas asiatique!

 

Après avoir mené une vie pas très sage ni très morale ses 6 derniers mois, Macau était comme un passage obligé... Mais non je rigole, en fait mon visa expirait le 31 aout, comme les chinois sont devenus très casse-couilles pour renouveler ou étendre un visa, surtout quand on est français et comme les billets d'avion en aout étaient hors de prix (1800euros pour un aller simple Shanghai-Paris avec Air France en classe éco!!! voleurs!!) il fallait que je trouve une alternative. 

 

Un ami français ayant vécu 10 ans à Suzhou mais installé depuis l'année dernière à Macau avec sa famille, ou il a monté sa boite, m'a proposé de lui rendre visite et Macau comme Hongkong c'est un pays 2 systèmes, je n'ai pas besoin de visa pour me rendre là-bas.

 

L'avantage d'avoir une connaissance sur place, c'est qu'on peut visiter un maximum en un minimum de temps, sans tomber dans les pièges à touristes...

 

C'est ainsi que le 31 aout j'ai décollé de Shanghai direction Zhuhai (oui car les vols directs sont plus cher), puis j'ai pris un mini-bus direction Macau, cela m'a beaucoup intrigué de voir le conducteur et le volant à droite, j'ai mieux compris en arrivant, Macau est en fait "3 îles" et des polders, maintenant reliées à la terre pas des ponds, et en arrivant on passe sur un immense échangeur bâtis donc sur la mer qui à pour rôle d'inverser la circulation, vous l'avez deviné, à Macau comme à Hongkong on roule à gauche! Puis il faut d'abord passer la frontière chinoise, la douanière ne voulait pas me laisser sortir parce mon visa expirait le jour même et elle n'arrêtait pas de me demander comment j'allais faire pour revenir.... "mais qu'est ce qui te dit que j'ai envie de revenir d'abord!?!, mon visa est encore valide oui ou merde? alors bon, j'ai le droit de sortir de Chine, non?!?" Il aura fallu que je m'énerve pour qu'elle aille chercher sa supérieur et que je puisse enfin quitter la Chine... aucun problème coté Macau.

 

Autre détail qui m'a beaucoup amusé, à Macau il y a pas mal de métisses portugais chinois, essayez d'imaginer un mec qui ressemble à la fois à un chinois et à la fois à un portugais, et bien le douanier qui a tamponné mon passeport avait exactement cette tête là.

 

À l'arriver du mini bus, mon pote m'attend, bien que je n'ai pas changé de carte SIM pour mon portable, dans plusieurs endroits de Macau on capte encore le réseau chinois.

Pour le premier dîner, direction "le club des retraités" (et alors? je viens juste de terminer ma carrière de DJ!), tenu par un portugais et des métisses, nourriture et vin sont vraiment excellent, au menu morue salée, patates, boeuf, jambon, oeuf sur le plat... un vrai régal, simple mais délicieuse la cuisine portugaise!

 

Une petite marche digestive au bord de la mer, puis direction les casinos!! Je me suis rapidement calmé vu que j'ai perdu très rapidement 1500 Hongkong dollar au seul jeu qui m'a paru intéressant, le Xiao Da, un jeu sur lequel on mise sur les combinaisons de 3 dés et ou on a pourtant 49% de chance de gagner... Bref Je n'ai pas de bol aux jeux, inutile d'insister, au moins j'aurais été une fois dans ma vie au Casino et ça ne m'a pas donné envie d'y retourner. De toute façon quand on voit le luxe, la grandeur et la démesure des casinos ici, on se doute bien que peu de personnes gagnent mais que beaucoup perdent et certains perdent même énormément, j'ai vu une chinoise perdre l'équivalent de 70.000 euros d'un coup sous mes yeux... Ça c'est le coté un peu malsain de Macau.

Macau 2241 Macau 2240

 

Les chinois macanais sont tout de même plus civilisé et plus propre que ceux de Chine continentale, on voit tout de suite la différence, d'ailleurs mon ami français recevait d'autres amis chinois de Suzhou et il avait honte quand ceux-ci gueulaient "fuyuan" dans un restaurant pour appeler un serveur, car à Macau c'est de la plus grande impolitesse... Malgré tout, les locaux sont également bien plus réservés et moins optimistes qu'en Chine continentale, surtout les jeunes, ils en veulent moins, car sans se fouler ils ont la garantie de l'emploi et d'avoir un bon salaire... et vous vous en doutez bien, les casinos sont le premier employeur ici, à Macau il y a même une université dédié aux métiers des casinos...

 

Passons à autre chose, Macau garde encore de nombreuses traces de son passé portugais, il y a pas mal d'endroits à visiter dans la vieille ville.

Macau 2172 Macau 2175
Macau 2219 Macau 2190
Macau 2182 Macau 2186
Macau 2191 Macau 2193

Et comme je le disais un peu plus haut, l'avantage d'avoir une connaissance sur place, c'est qu'on gagne énormément de temps sur les visites et on profite de bon plans que les simples touristes ne peuvent avoir accès. Comme par exemple, le fait que les restaurants des administrations, comme celui de la police et des douanes sont ouverts à tous, encore faut il savoir comment s'y rendre, mais au final cela fait d'excellents repas pour une somme dérisoire! Cela permet aussi de sortir des sentiers battus et d'aller voir des sites non touristiques, comme une plage presque déserte ou il est possible de se baigner et un petit village avec de très bon petits restaurant sur l'île de Coloane.

Macau 2210 Macau 2212
Macau 2214 Macau 2216

Et au bout de 5 jours sur place, il est temps de prendre le bateau, direction Hongkong qui est situé à 60km de là.

11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 18:40

Pour ce dernier dîner, vu que celui du lendemain je ne le prendrais pas en Chine, j'ai invité quelques bons amis au Yangyang de SND, mon restaurant préféré à Suzhou. J'aime faire les choses en petit comité et ce fut un véritable festin comme je pourrais pas en faire avant très longtemps, le tout a couté un peu moins de 800RMB.

2010 2163 2010 2164
2010 2165 2010 2166
2010 2167 2010 2169
2010 2170 2010 2168


Published by Zhu Li An - dans Suzhou life
commenter cet article