• Zhu Li An
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou

Recherche

26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 09:20

Vendredi 5 février 2010 soit 2 jours après être rentré en Chine, je me rends à un meeting à Shanghai pour rencontrer une partie des investisseurs français et en théorie le partenaire chinois, avec mon collègue chinois en charge de la production.

Le chinois n’est pas là et les investisseurs français demandent d’abord à me parler seul à seul, je me doute quelque chose ne va pas, je comprends rapidement malgré le fait qu’ils restent tourner autour du pot, ils sont entrain de m’annoncer que je suis licencié…

 

Après avoir perdu ma copine, je perds mon boulot…

Comment en ai-je pu arriver là? Alors qu’il y a encore 4 mois je vivais la période la plus heureuse de toute ma vie. Comment ai-je pu tomber si bas  alors que je tenais toutes les cartes en main?

Bien que j’ai le sentiment de payer pour des erreurs que je n’ai pas commises, j’y ai aussi ma part de responsabilité. Voici mon analyse de cet échec et les leçons que j’en tire.

 

Chronologie d’un projet voué à l’échec :

 

  • 2008 création de la JV, à ce moment là je ne suis pas en charge, j’ignore même l’existence du projet. C’est une autre française qui en charge et qui craquera au bout de 6 mois, peut avant l’ouverture de la première boutique en Décembre 2008.  Les premières erreurs et les raisons principales de l’échec sont déjà là: investissement sous-évalué, les investisseurs ont tous leurs activités à coté et ne peuvent pas vraiment se consacrer à ce projet, pas de réel leader, mauvais design de la boutique et du concept qui ne correspondaient pas du tout à l’attente des chinois, et surtout très mauvais choix de l’emplacement! L’ouverture en décembre n’arrange rien, les ventes sont catastrophiques.

 

  • Janvier 2009, je tombe sur l’annonce pour ce poste en V.I.E. sur le site civiweb, je postule.

 

  • Mars 2009, après avoir passé l’entretient, on m’annonce que je suis le candidat sélectionné, cependant à cause de mésentente avec le partenaire chinois, je vais devoir patienter en France un peu plus longtemps. Et je débuterais en contrat local, le V.I.E. devrait se faire en octobre.

 

  • Mai 2009, dès le matin de mon arrivé en Chine, on m’annonce que le partenaire chinois  veut changer le nom de la marque,  je ne suis pas d’accord. 3 jours après, on m’annonce que notre seule boutique va fermer d’ici la fin de la semaine!!! Juste en début de saison, en voilà une idée qu’elle est bonne!

 

  • Juin, et juillet, il a fallu reprendre tout en main, reconstruire une image de marque, définir le design du futur corner shop. L’emplacement est déjà connu, ça sera à l’intérieur d’un cinéma, tout proche de l’ancienne boutique, les termes du contrat ont déjà été négociés, avant même mon arrivé en Chine. Mon rôle s’est simplement limité à pousser le cinéma à nous laisser nous installer le plus vite possible. Mais rien à faire, ils ne nous lâcheront pas l’emplacement avant la dernière semaine de juillet. J’ai cependant commis une erreur, j’aurais du mettre mon nez dans le contrat et vérifier le business plan, car c’est bien trop tard que je me suis rendu compte que tel qu’ils avaient conclu l’accord avec le cinéma, (à savoir qu’ils prennent 30% du chiffre d’affaires et non du bénéfice) on ne serait jamais rentable, j'étais sous pression pour mon premier vrai job et pour revenir le plus rapidement sur le marché, ça me servira de leçon et quoi qu'il arrive ce n'est pas moi qui est pondu ce business plan. Et bien sur  par la décision unilatérale du partenaire chinois, étant sans point de vente, en pleine saison, on ne vend strictement  rien, du coup il a fallu mettre l’équipe de production et les vendeuses au chômage technique. Certains partenaires du projet, me poussent à lancer l’opération Moon cake glacé, ce qui permettrait de faire rentrer du cash et compenser légèrement le manque à gagner, sur le papier ils ont tout à fait raison, il n’y a apparemment aucune prise de risque, c’est du bénéfice assuré. Mais  sur le terrain, la réalité est autre, étant donné qu’on ne m’a donné peu, voir aucun pouvoir financier, les fonds sont toujours débloqués en retard. Et les fournisseurs et bien ils sont chinois, ça veut dire que contrairement à l’habitude européenne qui dit que le client est roi, en Chine,  si vous avez une commande qui est insignifiante aux yeux d’un fournisseur chinois, vous serez traité comme une merde… Bref le délai pour mettre en place les moon cake glacés me semble irréalisable, il me paraît évident qu’on va se planter lamentablement, du coup je refuse de l’appliquer.

 

  • Juin, j’emménage dans mon nouvel appartement, bien que le quartier est super, j’ai commis une grosse erreur stratégique, j’ai sous-estimé la difficulté de trouver des colocataires dans cette partie de la ville, les expats veulent tous vivre entassés comme des moutons dans SIP ou SND et les chinois n’ayant pas vraiment les même notions d’hygiène que nous, ça coince aussi. Du coup, il est trop grand et devient vite un gouffre financier.
 
  • 1er aout 2009, après 2 mois avec régulièrement des semaines de 7 jours et des journées de 12heures, ouverture dans la douleur du nouveau corner, les ventes sont satisfaisantes. La moitié de l’équipe chinoise en place avant mon arrivé démissionne, coup dure sur le moment, mais avec le recul j’ai mieux compris, l’investissement initial ayant été bouffé, voir gaspillé, eux ont déjà conscience que la barque est entrain de couler et se sauvent comme des rats.

 

  • Aout, septembre, je vais perdre la grosse partie de mon temps à me battre avec l’administration chinoise pour obtenir mon visa Z, permis de travail et de résidence. Je n’ai pu compter que principalement sur moi même et mes amis pour l’obtenir. Cette galère fut entièrement du à la faute et à l’incompétence d’une employée des RH du partenaire chinois. Bien que le partenaire chinois ait fait semblant de m’aider à un moment, avec le recul, je comprends maintenant que mon éviction était planifiée de longue date et que ce n’était pas dans son intérêt que j’obtienne mon permis de travail.

 

  • Septembre la saison est terminée, les ventes ont chuté de 50% par rapport à aout,  ça refroidit fortement tout développement rapide, le projet d’un 2ème corner dans un cinéma de Wuxi, ville voisine de Suzhou, tombe très vite à l’eau. Le partenaire chinois me retire le peu de pouvoir financier que j’avais. Du coup ça nous ralenti encore plus, par exemple quand il est absent 3 semaines, et bien on doit poireauter 3 semaines avant d’avoir l’argent pour payer l’avance à un designer ou tout autre fournisseur.

 

  • Octobre, les ventes remontent grâce aux vacances de la fête nationale. Fin octobre on décide de laisser tomber toute ouverture de boutique pendant l’hiver et de reprendre l’offensive au printemps, néanmoins on se lance dans la vente aux hôtels et restaurants. Je comprends que je me suis fait niquer concernant le V.I.E., je ne l’aurais jamais et vis désormais sans aucune couverture sociale ou autre. 3ème meeting avec les actionnaires et 3ème changement de stratégie globale, j’ai l’impression parfois d’avancer à rien comme le dit si bien le proverbe « ordre et contre ordre égalent désordre ». Après 4 mois et demi de féroces batailles avec le web designer et le partenaire chinois et un hébergeur, le site internet de la société est enfin en ligne! Bon déjà le web designer n’a jamais respecté les délais de 3 semaines qu’il nous avait donné au départ, on a pas été en mesure de faire pression sur lui, parce que c’est une boite réputée et comme je disais un peu plus haut, le client n’est pas roi en Chine. Fin aout quand le site web est enfin achevé, le web designer nous propose un service d’hébergement et de maintenance. Aux yeux du partenaire chinois c’est trop cher, du coup il trouve effectivement un bien moins cher, mais au bout d’un mois après avoir payé l’hébergeur, le site n’est toujours pas en ligne, car le mec n’est pas capable de le mettre en ligne, du coup il a fallu passer par une procédure judiciaire pour récupérer le contenu du site et surtout le nom de domaine. Bref tout ça pour économiser 400RMB, ça valait vraiment le coup… Et avec les chinois tout est comme ça! Ils voient le prix mais ne voient pas la qualité et le service qui va derrière, sauf pour les grandes marques… Ce qui fait qu’en Chine, certaines marques vendent de la merde en boite et grâce à un bon marketing, les chinois adorent et pensent se payer un produit de qualité… Bon et pour en revenir après au site internet, une fois que la justice chinoise nous a donné raison, qu’on a pu revenir vers le service d’hébergement du web designer comme prévu au départ, le site fut en ligne 3 jours avant d’être bloqué par la Police!!! Oui vous savez que le net est très surveillé en Chine,  pourtant on n’avait bien la procédure d’enregistrement mais comme on a changé d’hébergeur, elle était à refaire!

 

  • Novembre, la rupture avec Jintian me déchire littéralement, je n’ai plus le gout à rien et traverse l’une des périodes les plus noires de ma vie. Je n’ai jamais eu aussi mal, même encore aujourd’hui, le simple fait de prononcer son nom et penser à elle ravive une plaie qui est encore très loin d’avoir cicatrisé. Cela est évident que ça se ressent au niveau travail, plus le moral, plus d’énergie, perte totale de combativité… Du coup, le temps de commencer à m’en remettre et relever la tête, ça m’obligera encore à repousser la date de ma dernière soutenance pour mon master.

 

  • Décembre continue sur la lancer de novembre, les caisses sont vides, et le chinois a bloqué tout payement, pourtant nous sommes quasiment prêt à nous lancer sur le marché des Hôtels et restaurants, les fournisseurs pour la matière première pour la glace de conservation ont été trouvé, les boites également, le design des étiquettes aussi, le catalogue quasiment terminé et on a enfin obtenu la fameuse QS licence du gouvernement chinois. On a demandé aux RH de nous trouver un vendeur, sauf que ceux-ci volontairement ou non en sont incapables, du coup on commence à chercher par nous même et ceux qu’on trouve ne font pas l’affaire aux yeux des RH. De plus le chinois refusant de payer l’avance aux fournisseurs, on est bloqué, je suis à 2 doigts de péter un boulon et claquer la porte pour rentrer en France. Mi-décembre, ayant marre d’être en posture de soumission et de subir les évènements,   je lance une contre attaque en préparent un bilan financier pour expliquer au chinois les erreurs qu’il a commis et une ébauche avancée de stratégie de développement  pour 2010. Après un face à face avec le chinois, la machine se remet partiellement en marche, moi ça me remonte le moral.

 

  • Janvier 2010, on commence à plancher sur l’ouverture de la 2ème boutique, j’ai été écœuré parce que faute d’avoir l’argent rapidement pour payer la caution afin de réserver l’emplacement, vu que le chinois était absent, on n’a pas pu choisir parmi les premiers et donc l’emplacement qu’on a récupéré n’est pas terrible. On a reçu les boites pour la glace, mais toujours pas la matière première vu que le département financier du chinois n’a toujours pas payé l’avance aux fournisseurs, malgré le fait qu’on les harcèle tous les jours ; à ce niveau on est toujours bloqué. La nouvelle boutique doit ouvrir juste avant le nouvel an Chinois, mi-février, mais quelques jours avant mon départ pour la France, mon assistante apprend par hasard que le bâtiment ou l’on s’installe s’y est pris trop tard pour les demandes d’autorisations d’ouverture officielle, du coup délai administratif oblige, ils ne l’auront pas avant début Mars au plus tôt!

 

  • Fin janvier, je rentre en France, passe avec succès ma dernière soutenance validant mon diplôme, une bonne chose de faite, je repars remotivé vers la Chine avec maintenant comme seul objectif en tête de rendre rentable cette société, à ce moment là, j’y crois encore dur comme fer.

 

  • Début février 2010, vous savez déjà ce qui s’est passé… j’ai bien tenté de convaincre le chinois une dernière fois car je n’aime pas me rendre sans  un dernier combat, bien qu’il ait montré de l’intérêt sur le nouveau plan de développement que j’ai préparé et est resté en discuter,  ça décision était prise et alors qu’il s’apprêtait à garder le dossier que je lui avais remis, je me suis empressé de le lui retirer des mains et repartir avec…

 

L’une de mes premières réactions fut, comment ai-je pu être aussi naïf, j’aurais du le voir venir, c’est un classique, un pure cas d’école… la partie chinoise de la JV enculant la partie française…

Il a laissé pourrir la situation en mettant des battons dans les roues et au moment opportun, à savoir quand la saison approche, il me fait porter le chapeau, joue sur le fait que la partie française n’est pas en mesure de refinancer et prend le contrôle de la JV, comme moi je dégage, désormais la partie française n’a plus aucune emprise sur le projet qui de toute façon, vu la stratégie qu’il veut mettre en place est voué à l’échec d’ici la fin de l’année. Vu qu’il n’a pas d’image de marque suffisamment forte, il va jouer sur les prix et tôt ou tard, comme le chinois qu’il est et restera, il va jouer sur la qualité pour augmenter sa marge… ça aussi c’est un classique chinois.

Quand à moi, le passage en France s’étant fait à mes frais, du coup je ne peux même pas me refaire une santé financière, vu que pour le mois de janvier, j’ai touché que 1020rmb de salaire, ils m’ont déduit les 2 derniers mois de loyer qu’ils avaient avancé et la semaine de « congé » en France… je me bats pour avoir le salaire de février, ce qui n’est pas gagné vu que mon contrat de travail à expirer fin décembre vu qu’en janvier je devais encore une fois « théoriquement » passé en V.I.E. Je joue sur le fait que le contrat reconnu par la loi chinoise est celui qui a servi à avoir mon permis de travail et expire donc au mois d’aout 2010, et donc qu’il n’est pas dans leur intérêt d’essayer de me niquer sur ce dernier mois de salaire, sinon je les attaques.

J’annonce en suite au propriétaire que j’ai perdu mon job et que je quitterais l’appartement fin Mars, vu que le loyer est payé jusque là. (Il faut réduire le train de vie) Celui-ci me répond que comme je ne respecterais pas le contrat d’un an, il gardera ma caution de 4800RMB! Après m’être renseigné, il semble en plus être dans son droit… Je dois creuser ça d’avantage…

N’ayons pas peur des mots, j’ai vraiment l’impression de me faire niquer par tous les bords.

Je ne sais pas encore comment je vais régler les choses avec celui là, je vais surement rester squatter l’appartement un mois de plus ou alors je vais faire une énorme fête et partir sans rien nettoyer et en emportant la télé, j’avoue que j’hésite encore.
 

Ne soyons pas entièrement pessimiste non plus, ça reste une extraordinaire expérience, j’ai appris énormément de choses, sur la Chine et les chinois, sur le management et la gestion d’une entreprise et sur moi même.

Pour la prochaine fois, si il y en a une, je retiens, ne plus jamais travailler pour une J.V., prendre un appartement plus petit et moins cher et surtout porter de l’importance aux détails, dans le management c’est ce qui fait la différence.

Et je comprends maintenant pourquoi la majorité des grosses sociétés sont aux petits soins de leur personnel expatrié, car si on rajoute en plus les tracas administratifs quotidien (recherche de logement, loyer, facture, visa...) on ne s'en sort pas! Même si dans les faits je n'approuve pas car les salaires et conditions de vie de certains ne sont pas toujours justifiés! 

 

Désormais, je ne sais plus de quoi demain sera fait, bien que dans un premier temps j’ai eu une réaction d’orgueil en me disant que j’allais rebondir sans problème sur quelque chose de mieux, dans un second temps, je me suis replié sur moi même comme une huitre durant la majorité du nouvel an chinois en coupant toutes communications, internet, portable… afin de réfléchir sérieusement « bon et maintenant on fait quoi ? »

 

J’ai des pistes pour des boulots provisoires bien payés pour la Chine, surtout quand on compare à de nombreux jeunes expats qui cherchent absolument à rester à Shanghai par tous les moyens et en faisant donc plonger les salaires vers le bas… J’ai été passé un entretient pour groupe d’une dizaine de discothèques dans la région dont 2 à Suzhou. Un après midi, j’ai rencontré des managers, ils m’ont demandé de mixer pendant 1heure. Comme DJ résident, ils m’offrent sans avoir négocié 8000RMB/mois, donc je peux facilement monter à 10.000, ce qui permet de vivre plus que correctement en étant célibataire en Chine. Moi ça me permet d’avoir mes journées de libres pour chercher un nouveau véritable travail et passer les entretiens, tout en continuant de vivre assez confortablement.

Mais sur le long terme, je fais quoi de ma vie? J’ai 26 ans, la trentaine se rapproche, je n’ai pas mis des masses d’argent de coté, je suis seul, la dernière fille avec qui je suis sorti, avec qui j’imaginais passer le reste de ma vie à ses cotés, m’a totalement brisé le cœur, au point que ça fait plusieurs mois que je ne ressens plus rien sur le plan émotionnel. En clair, en faisant le point, je me rends compte que je suis jeune, en bonne santé, loin d’être con, que j’ai reçu une bonne éducation(bac+6), que je parles plusieurs langues, bref en théorie il a bien plus mal lotis que moi sur  cette terre, je devrais être promis à une bel avenir…

Mais à coté de ça, je n’ai plus de projet de vie, plus de vision d’avenir,  plus aucune motivation. Durant cette semaine de réflexion, j’ai eu beau chercher, je ne vois rien… plus rien qui me donne envie de continuer…

 

Certains ont une passion, un projet,  une vision (humaniste en aidant les autres, ou cupide en s’enrichissant sans scrupule), un métier qu’ils aiment, une femme, des enfants, une famille qui leur donnent l’envie de se lever le matin et d’avancer… Je n’ai rien de tout ça, ou du moins je ne l’ai plus, je l’ai perdu en chemin… Alors à quoi bon? Vivre pour vivre, juste pour le fait d’être vivant? Juste pour attendre qu’un coup du destin me remette en piste? Ce n’est guère motivant…

 

Pourtant, malgré ces propos qui peuvent paraître très noirs, je vous rassure, je n’ai pas envie d’en finir avec la vie (enfin je crois), je ne sais simplement plus quoi en faire en ce moment… Je crois que j’ai encore besoin de temps, je n’arrive toujours pas à me décider si je dois rentrer ou rester, tout simplement parce que dans les 2 cas, que je rentre ou je reste, je ne suis pas plus avancé car je ne sais toujours pas quoi faire… Malgré tout le cœur penche vers un retour en Europe, ou je mènerais une vie plus saine bien que mortellement ennuyeuse mais je pourrais toujours compter sur le soutien de ma famille le temps de me rebâtir un rêve…

Enfouit tout au fond de moi, il en reste pourtant un, un rêve dont je me suis détourné à tort ou à raison depuis de nombreuses années déjà, il est peut-être temps de le dépoussiérer un peu et le remettre aux gouts du jour. Car après 5 ans, la Chine ne me fait plus rêver, elle ne m’attire plus, les chinoiseries de la vie quotidienne ne m'amuse plus non plus; c’est plus du dégout et du mépris que je ressens vis à vis de cette culture et de ce peuple et malgré le fait que j’y ai pas mal de très bons amis chinois.
 

Il est peut-être temps de simplement tourner la page Chine et de commencer à en écrire une autre...

Published by Julien
commenter cet article

commentaires

anti8 18/05/2010 14:03



Salut Julien,


Je reagis par rapport au commentaire "bidon" qu'a ecrit "8" .


J'ai lu ton temoignage et crois-moi tu n'es pas le seul a connaitre ce cauchemar.


Je te souhaite bien du courage et je te conseille d'ignorer les donneurs de lecon type "8" qui vit au fin fond du Hubei et generalise tout a dose de "il faut etre ouvert" alors que ce genre de
personne n'y CONNAISSE RIEN.


Mais vraiment rien, et pourtant ils ouvrent leurs grandes gueules pour souvent dire ce qu'ils ne font pas.


Son commentaire est bien la preuve  .


Je dirais meme qu'il est jaloux de ton vecu car lui doit vivre une vie de merde.


Donc c'est toi qui devrait le "casser" lui.


allez bon courage a toi



Olivier 04/03/2010 16:08


C'est moche ce qui t arrive, mais tu as eu une bonne experience et tu sais ce qu'il ne faut pas faire.
Tous les chinois ne sont pas arnaqueur mais ils ont une tendance a se separer de ce qui ne leur sert plus. Dans les JV, il est important pour les dirigeants de garder le controle de leur structure
a tout moment. (plus difficile a dire qu'a faire je te l accorde).
Point de depart.... enfin a suzhou tu pourras toujours faire DJ ;)... Il parait que tu sais bien mixer.



L'enfoiré 04/03/2010 09:42


Merci.
Une sorte de fantasme de l'Orient, en quelques sortes.
  


Zhu Li An 04/03/2010 09:47



pas vraiment, avant de commencer cette école, je connaissais très peu de chose sur l'Asie, j'ai saisi cette chance pour découvrir cette partie du monde.



L'enfoiré 04/03/2010 09:05


Bonjour Julien,
  Je vous ai parlé du site d'Alain, sur ce qui semble ne pas être en concordence avec vos propos. L'article sur AV
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/cherche-v-i-e-pour-aller-se-faire-70931
a été plus discuté.
  Vous ne m'avez pas répondu sur ce qui vous a attiré dans l'option chinoise.
  Le mandarin à expérimenter? L'esprit chinois? L'exotisme?
  S'expatrier, déjà, demande une certaine dose d'aventure, mais la Chine est un autre monde. J'ai tenté d'approfondir le sujet et ai écrit pas de choses sur ce sujet qui m'intriguait, mais,
plus jeune, je n'aurais jamais eu l'idée de passer par là.
  Intéressant de définir cela avant d'aller plus loin.


Julien 04/03/2010 09:37


Bonjour,

Aussi étrange que cela puisse paraître, je suis arrivé en Chine par hasard. J'ai fait un premier cycle d'études techniques, après avoir eu mon diplôme de technicien, je ne trouvais rien qui me
donnait envie de poursuivre dans ce domaine. Puis, on m'a parlé d'une petite école de commerce spécialisée sur la Chine et le Japon. Bien qu'au départ, j'étais plus attiré par le Japon que par la
Chine, je me suis quand même dirigé vers cette dernière, parce que c'était en 2004 et on nous baratinait beaucoup à la télé sur le fait que la Chine était le futur Eldorado, même si dans les faits,
ça faisait déjà quelques années que ce n'était plus le cas.

Bref c'est ainsi qu'un beau jour, à 21 ans, j'ai débarqué à Shanghai avec ma valise, ne sachant même pas ou j'allais dormir le soir même. Il m'a fallu à peine 4 mois pour comprendre cette ville ou
l'argent est roi et pour y être dégouté définitivement, même encore aujourd'hui, y mettre les pieds est synonyme de corvée!

Directement après Shanghai, j'ai pris un nouveau départ non loin de là, à Suzhou, ou j'ai eu un coup de foudre pour la ville, plus traditionnelle, puis pour une fille, celle dont je parle dans cet
article.

Plusieurs choses m'ont séduites ici, le décalage culturelle, l'exotisme et ma curiosité sans fin qui cherche à comprendre le pourquoi du comment et bien sur le même dynamisme économique qui a
poussé des générations de personnes à venir s'installer en Europe ou aux Etats-Unis.
 
En espérant avoir répondu à votre question,

cordialement 


Olivier 04/03/2010 04:32


Salut,

Bon franchement j'ai envi de grave te casser car c'est assez facile.. pour chaque ligne que tu as ecris j'aurais des commentaires a faire... mais je vais la jouer cool et je ne ferais meme pas de
copier coller des phrases qui m'ont assez fait rire je l'avoue.

Je vais le prendre donc avec de recul et essayer de te dire des choses positives car te critiquer de maniere negative ne t'apporteras rien et tu as l'air assez fragile.

Donc mon cher Julien, n'ayant pas vecu ce que tu as vecu je ne peux pas evidement partager tes sentiments, etc tel que tu les a ressenti. Cependant, etant en V.I.E en chine depuis plus d'un an et
ayant deja bosser en chine 1 an avant cela, je peux tout de meme me permettre quelques remarques. Il est vrai que la chine est un pays assez special car la difference culturel est enorme, meme si
tu restes en chine 10 ans, il y aura des choses que tu ne comprendras toujours pas. Quand on vient en chine, il faut etre plutot "tres ouvert d'esprit" sinon il est preferable de rentrer en france
dans sa ville natale le plus rapidement possible...
Avoir a bosser avec un partenaire chinois qui ne pense qu'a ce faire de l'argent sur le compte des investisseurs chinois est une chose, tu ne peux pas  lutter contre lui, donc la meilleur
chose a faire est de prendre du recul, rester investis dans son travail mais savoir aussi apprecier l'experience que tu vis et aller de l'avant. Tu te fixes un objectif d'un ou 2 ans dans la boite
et rien ne t'empeches de chercher un autre emploi et de te tirer! Ton V.I.E n'a jamais ete signe... il ne faut pas ce morfondre ainsi et quand tu vois qu'on de mene par le bout du nez, tu postules
pour d'autres V.I.E! Dans la vie, tout n'est jamais rose, le monde des bisounours ce termine une fois que tu as perdu ta derniere dent de lait... Dsl si je suis un peu agressif, mais je ne
comprends pas comment les gens peuvent etre aussi Candide. En plus, pour partager ton experience tu es oblige d'ecrire un blog ouvert a tout le monde ou tu divulges des informations tres internes a
l'entreprises... je comprend ta frustration, mais au lieu de ce morfondre et deprimer apres une rupture avec une chinoise (tu sais dans la vie, les ruptures sont monnaie courante... et une chinoise
de perdue, 100 de retrouvees.... bref cela est encore une autre histoire). Dans tous les cas, prend le positif de tes experiences de la vie, ce pleindre et ce morfondre n'arrangent rien (ce serait
connu sinon). Tout le monde a des passages difficiles dans la vie et crois moi ce qui t'es arrive n'est rien compare a ce qui arrivera dans les annees a venir!

Bref, je pourrais ecrire un roman, mais conclusion, le monde des bisousnours ce n'est pas la vraie vie (heureusement sinon on ce ferait bien chier) et va de l'avant! Les ecoles privees et ecoles de
commerce c'est bien beau, mais maintenant tu es confronte a la vraie vie, alors fais y toi vite sinon t'es pas sortie de l'auberge mon pauvre!

Allez, plein d'honte positives pour toi en esperant ne pas avoir ete trop "dur" dans mes propos meme si j'ai (vraiment Je te l'assure) essaye d'etre cool.

ps: dsl pour les fautes d'orth, j'ai ecris dans le feu de l'action!


Julien 04/03/2010 08:07


Bonjour Olivier,

les fautes d'orthographes ne sont pas une excuse, car cet article je l'ai également écrit dans le feu de l'action. Il représente mon état d'esprit à un instant T très précis de ma vie et non ma
vision générale des choses, déjà rien que pour ça l'ensemble de ton commentaire est bidon.

2ème point, je ne sais pas si tu lis mon blog régulièrement ou si t'es juste tombé sur cet article par hasard, je suis en Chine depuis 2005, donc c'est très arrogant de ta part d'aller faire la
leçon à quelqu'un qui est dans un pays depuis plus longtemps que toi (sauf si t'es un français d'origine chinoise et que tu parles mandarin couramment, dans ce cas j'admettrais sans aucun problème
que tu en connais certainement plus que moi sur le sujet).

La manière dont j'ai envie de partager mon expérience ne regarde que moi, mais même si c'est ouvert à tout le monde, en cherchant bien, tu verras que tu ne trouveras pas mon nom de famille, ni le
nom de la société pour laquelle je travaillais, ni le nom d'un employé ou d'un actionnaire écrit dans mon blog. Donc à moins de vraiment faire une recherche plus approfondie, ça reste anonyme aux
premiers abords.  

Dernière chose, là encore je peux me tromper, mais la manière dont tu parles des chinoises, peut te faire cataloguer très rapidement dans une certaine catégorie d'expat que je n'aime pas trop. Et
si tu avais lu mon blog en entier, tu saurais que cette chinoise dont je parle est une des raisons principales qui expliquent ma présence en Chine aujourd'hui.

Voila, j'espère t'avoir rassuré sur mon sort et que tu t'es aperçu que je ne suis pas aussi candide et bisounours que je peux en avoir l'air, car je montre les crocs dès qu'on vient me chatouiller
un peu trop.

Sans rancune.