• Zhu Li An
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou

Recherche

31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 18:21

Dimanche 8 octobre 2006, 9H30 du matin,

 

Cela fait 3 jours maintenant que je suis de retour à Suzhou, la sonnerie de mon téléphone portable me fait émerger doucement… Ca va, je n’ai pas trop la gueule de bois malgré la soirée d’hier… Direction la douche, puis petit déjeuné, reste maintenant à faire mon sac, je suis supposé rester 3 jours maximum, j’emporte un costume, 2 chemises… et une tenu plus légère, même si nous sommes en octobre il doit faire encore relativement chaud à Guangzhou… Je vérifie encore une fois que je n’ai rien oublié, mon passeport, mon billet d’avion, la documentation commerciale… c’est bon tout y est, je referme cadenas sur ma valise et c’est parti!

 

J’appelle un taxi dans la rue et lui indique l’adresse de la gare routière… Vu qu’il se rend compte que je suis capable de parler un peu chinois, il commence à taper la discute… Il me demande d’où je viens, je lui réponds que je suis français. Il se met aussitôt à parler de Zidane et de la final de la coupe du Monde… Ca l’a bien fait marrer on dirait! Il me demande si je rentre en France, je lui dis simplement que non, je vais sur Guangzhou pour affaires… On discute un peu de tout et de rien, il me demande ce que je pense de Suzhou, je lui demande ce qu’il pense de la Chine actuelle, par moment la conversation coince un peu, j’ai encore beaucoup de progrès à faire… Il finira par me dire que parmi les étrangers il préfère les Français, allemands et anglais et qu’il ne supporte pas les italiens et les américains. Ca me fait rire, il est exactement comme moi!

 

On arrive à destination, je paye la course et n’oublie pas de prendre mon reçu pour me faire rembourser les frais, je le remercie et il me souhaite bonne chance pour mes affaires.

 

Je me pose sur un banc, il ne reste plus qu’à attendre le bus pour l’aéroport Hongqiao de Shanghai. Rien de passionnant durant le trajet, ni à l’aéroport à part le fait qu’ils sont devenus totalement parrano au niveau de la sécurité! On me fait ouvrir ma valise à l’enregistrement pour vérifier le contenu de mon tube de dentifrice, de mon shampoing, de ma mousse à raser et de mon déodorant… Puis au contrôle sécurité, l’officier chinois me demande de boire ma bouteille d’eau entamé que j’avais avec moi, je lui demande si c’est une blague et si il se fout de ma gueule, il rigole puis reprend son sérieux et me redemande de boire ma bouteille, je reste le regarder incrédule et lui redemande encore une fois… Puis fini par m’exécuter.

Ca fait maintenant un paquet d’années que je voyage, j’en ai vu de drôles, mais c’est la première fois qu’on me demande d’appliquer cette mesure de sécurité, qui consiste à ne pas pénétrer dans le terminal avec une bouteille ouverte pouvant contenir autre chose qu’une boisson…

 

Bref, je suis arrivé bien en avance, il me reste une heure à patienter avant l’embarquement, rien d’intéressant à raconter, idem pour le vol…

 

C’est dingue comme les chinois sont indisciplinés! Les roues de l’avion ont à peine touché la piste qu’ils sont déjà allumés leur téléphone portable et dès que l’avion quitte la piste, ils détachent leur ceinture et commence à ouvrir les coffres à bagages…

 

Je finis par allumer mon portable aussi et reçois un sms de mon patron chinois qui me demande de le rappeler après mon atterrissage. Il attendra un peu, je vais d’abord récupérer ma valise.

Une fois celle-ci récupéré, j’appelle donc mon patron chinois, pour savoir ce qu’il en est. Il me dit qu’il vaut mieux que je prenne le bus plutôt qu’un taxi, l’aéroport est assez loin du centre ville, puis qu’on se retrouvera en ville pour manger.

 

Je vais donc au guichet demander quelle ligne de bus je dois prendre, puis malheureusement rate de peu un premier bus… le temps est chaud et pluvieux, ce qui correspond bien à la météo de la région.

 

30 minutes plus tard j’arrive au terminus, je finis le trajet à pied d’après les indications que j’ai reçu je ne devrais pas être loin de mon hôtel. Car le comble c’est qu’il n’a pas été possible que moi, le patron de la filial chinoise et le patron français du groupe, séjournons dans le même hôtel… C’est en effet « la foire de Canton », et il n’y a pas à dire ça porte bien son nom!

 

Je fais mon check in rapidement à l’hôtel, puis redescend prendre un taxi pour rejoindre mes patrons dans le centre ville.

 

Je montre l’adresse écrit en chinois sur l’écran de mon téléphone portable au chauffeur, il met sont compteur en route et c’est parti. Mais apparemment il n’est pas sur de son coup, après toute une série de coup de fil de mon manager chinois qui insiste pour que je passe mon téléphone au chauffeur, il parvient finalement à me déposer à destination. Je ne regrette pas le détour, ça m’aura permis d’avoir un aperçu du centre ville de Canton, qui m’a l’air fort sympa.

 

Je retrouve donc enfin mon manager chinois et le big boss français, il est prévu qu’on se fasse un restaurant de fruits de mer… Ca n’est pas que je n’aime pas ça, au contraire, mais étant été malade comme un chien l’année dernière en Chine à cause d’un poisson pas frais… si je peux éviter, ça m’arrange. Tant pis pour moi, je vais faire un effort cette fois-ci.

 

Bien que je savais que cela existait, je ne l’avais encore jamais fait moi-même, mais comme le manager chinois l’a proposé, autant essayer! Par contre je regrette vraiment de ne pas avoir pris mon appareille photos!

 

Le restaurant où nous devons manger est situé juste à coté du plus gros marché de produits de la mer de la ville et un des plus gros du pays aussi, du coup le manager chinois a proposé que nous allions acheter notre dîner.

 

Je préfère prévenir âme sensible s’abstenir, c’est assez hardcore comme endroit! Tous les produits sont encore vivants et on y trouve de tout, poissons de toutes sortes, requins, tortues de plusieurs espèces, serpents, crustacés, dont certaines espèces qui m’étaient complètement inconnues!   Mais aussi des canards, enfin bref tout ce qui à un lien avec l’eau…

 

On achète donc quelques poissons, coquillages et un homard; le tout vivant bien entendu, avant d’emporter tout ça au restaurant. Et comme celui-ci est un endroit réputé, il nous faut patienter une vingtaine de minutes avant d’obtenir une table, nous confions en attendant le contenu de notre futur repas à une serveuse qui l’emportera vers les cuisines.

 

Malgré mon appréhension, ce ne fut pas mauvais, bien que je préfère les recettes françaises pour cuisiner les fruits de mer… Reste maintenant à voir comment mon estomac va supporter tout ça…

 

Vers la fin du repas, mon téléphone sonne, je décroche, c’est Peng, la première chinoise que j’aurais rencontré dans ma vie, on s’est connu en Islande en 2004, elle est originaire de Canton.

Je lui avais envoyé un mail avant de partir; elle me dit qu’elle m’attend juste au pied du restaurant avec son copain. Je raccroche et demande à mes patrons la permission de m’en aller, ils rigolent tous les 2, c’est les fait toujours marrer que je connaisses toujours du monde à droite à gauche en Chine…

 

En descendant les escaliers du restaurant, j’en profite pour téléphoner à Manu, pote de promo qui était avec moi à l’université de Suzhou et maintenant en Stage à Canton… Il me donne une adresse ou se retrouver, il m’annonce aussi que Jérôme autre collègue de promo, qui faisait également parti de la bande de joyeux fêtard que nous formions à Suzhou sera là aussi…

 

C’est cool, les bonnes nouvelles se multiplient. Je rejoins Peng et son copain, on marche un moment sur une ballade piétonne qui longe le fleuve qui traverse le centre ville, discutant de tout et de rien, se racontant les toutes dernières nouvelles… Avant d’embarquer dans un taxi, rejoindre Manu et Jérôme.

 

Quelques minutes plus tard, je retrouve mes collègues… Manu propose qu’on aille se poser dans un bar à coté… Le genre de bar-boite ou les serveuses sont recrutées au physique… D’ailleurs on a tout de suite vu que c’est un habitué, vu que plusieurs serveuses sont venues le saluer…

On se pose à une table, ce soir on est sage, on carbure tous au coca… on discute de tout de rien, chacun raconte ses dernières nouvelles… les discutions seront momentanément interrompues par l’arrivé d’une strip teaseuse accompagné par son boa… Une fois le spectacle terminé, les conversations reprennent comme si de rien n’était.

 

Vers 23h30 chacun décide de rentrer, ce fut un moment sympa mais il est temps d’aller dormir…

 

Le lendemain matin, réveil en douceur, douche, j’enfile mon costard, boucle ma valise vu qu’on m’a dit hier soir que je rentrerais en fin d’après midi à Suzhou… Après un rapide petit déjeuné, je m’occupe du check out, puis taxi direction l’hôtel de mon patron français, l’un des plus célèbre et luxueux de Guangzhou. La fausse cascade géante dans le hall d’entrée est impressionnante! Le patron chinois arrive quelques minutes après… Je mets ma valise en consigne, puis direction OGGP…

 

Meeting toute la matinée, puis visite des installations et repas dans le restaurant de l’usine à Midi… vers 13h00, nous quittons l’usine une des voitures d’OGGP, le chauffeur nous ramène à l’hôtel, je récupère ma valise, puis salue mes patrons et le chauffeurs m’amène à l’aéroport… Je récupère mon billet et me dirige vers la salle d’attente, au passage je jette un coup d’œil au tableau d’affichage, manque de bol mon vol pour Shanghai est retardé de 2h!

 

Ca me fait un sacré paquet de temps à poireauter du coup! Surtout qu’il sera encore retardé de 45 minutes supplémentaires… Rien d’intéressant à raconter durant le vol… celui-ci fut même désagréable…

 

L’avion se pose à Shanghai à 21h, une véritable course contre la montre s’engage, sachant que la dernière navette pour Suzhou part à 21h30…  je commence à téléphoner aux collègues sur Shanghai, pour demander si peut rester squatter ce soir au cas ou…

 

Mais bon ce ne fut pas nécessaire, j’ai réussi à toper la navette, de justesse certes, mais je dormirais dans mon lit ce soir!

commentaires