• Zhu Li An
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou

Recherche

19 septembre 2005 1 19 /09 /septembre /2005 04:23

7ème jour :

 


Levé 16h, je sais déjà que la journée sera courte. La priorité du absolue du jour, acheter mon billet de retour pour Shanghai, direction le métro pour me rendre à la gare centrale de Beijing, j’espère qu’il n’y aura pas trop de monde. Arrivé à destination, il n’y pas tellement d’attente si on considère le pays ou je me trouve biensur… J’essaye de trouver le guichet réservé aux étrangers, sans succès; ce n’est pas grave, je peux très bien le demander en chinois aussi…

Malheureusement, il n’y a plus de place pour dimanche, je vais devoir attendre lundi soir.

 


Voila une bonne chose de faite, je décide maintenant d’aller flâner du coté de l’avenue de la paix céleste… J’aurais passé mon après-midi à passer d’un mall à un autre… Il commence à se faire tard, la nuit tombe et s’installe lentement sur la capitale de la Chine. Je sais que ce soir, d’autres d’Isuga arrivent à Beijing et qu’il est prévu de faire la fête, mais je ne suis pas encore tout à fait remis de la soirée de la veille. Ce soir on va la jouer cool, Dvd puis coucher de bonne heure…

 


8ème jour :

 

Pas grand-chose à raconter pour ce dimanche… vers midi, je téléphone à Zheng pour enterrer la hache de guerre et savoir si on pouvait se voir cet après-midi… A attendre sa voix, je viens de la réveiller et j’entends même son copain grogner à coté. Mais elle semble d’accord et me propose d’aller passer l’après midi dans un parc de la ville; l’idée me convient, elle dit qu’elle me rappellera d’ici une heure…

 


Une heure et demi plus tard, toujours aucune nouvelle, je décide de la rappeler mais elle a éteint son portable! Je n’y crois pas! Je décide de sortir et d’aller faire un tour en ville, j’essayerais de la rappeler plusieurs fois dans l’après midi, sans succès…

 


Ce soir, avant de me coucher, je réfléchis à ce que je dois faire concernant Zheng… Dois je partir demain sans lui dire au revoir et tacher de l’oublier? Ou bien dois je faire l’effort de la revoir et de la remercier, malgré toutes les fois ou elle m’a laissé tombé? Après tout, j’ai eu l’hébergement gratuit grâce à elle; cela fait une sacrée économie, c’est loin d’être négligeable:

480 yuans par nuit x 7 nuits = 3360 yuans d’économisés!!! Environ 336 euros, alors que j’ai un budget de 500 euros par mois pour vivre…

 


Non, décidemment, je ne peux partir comme ça sans lui dire au revoir et essayer de mettre les choses au clair… C’est décidé, demain matin je passerais la voir à son travail, je lui ferais la surprise. Je descends à la réception et demande gentiment en Chinois aux filles si elles peuvent me réveiller demain à 6h… J’en profite également pour leur demander comment me rendre à l’adresse du bureau de Zheng, elles sortent une carte, me montre l’emplacement de l’hôtel, puis l’emplacement de son bureau, oups c’est complètement à l’opposé…

 


Bon je remercie les filles, puis remonte dans ma chambre. Je dois finir de préparer mon sac et me coucher tôt, demain j’ai une longue journée qui m’attend.

 


9ème et dernier jour :

 

Le téléphone sonne, la fille de la réception me dit qu’il est 6h du matin et qu’elle me réveille comme je l’avais demandé, je l’a remercie puis raccroche. Aller, courage, on se lève, direction la douche… une fois lavé, et habillé, je termine de préparer mon sac pour ce soir, puis quitte l’hôtel, en me dirigeant vers la station de métro, je m’arrête au 24/24 du coin de quoi petit-déjeuner en route… Arriver dans le métro, je suis plutôt surpris, il y a peu de monde pour un lundi matin, c’est bizarre…

 


Voila, après un long trajet souterrain, me voici de l’autre coté de Beijing ou je m’apprête à refaire surface… Je jette un coup d’œil à la carte du quartier, je ne suis pas sur de la direction à prendre vu que je ne trouve pas la rue que je cherche sur le plan… C’est pas grave, on va trouver ça à l’arrache, comme d’habitude et au pire je demanderais mon chemin au pekos du coin…

 


Chose que je ne tarde pas à faire vu que je ne parviens pas à trouver cette foutu rue…

Je m’arrête donc demander ma direction à 3 vieillards chinois, deux m’ignorent, un seul daignera m’adresser la parole… C’est étrange, ses yeux sont presque bleus, cela doit être du à une dépigmentation de la couleur de ses yeux, conséquence de son vieil âge… je le remercie et me remet en marche.

 


Quelques minutes plus tard à peine, j’arrive à destination. Non ce n’est pas possible, ça ne peut pas être là, je relis la carte de visite de Zheng et parcoure une fois de plus la rue. Je dois me rendre à l’évidence, c’est dans cet espèce d’immeuble résidentiel assez ancien que doit se trouver ses bureaux. Je me décide à entrer, la concierge s’empresse de venir m’intercepter et de me demander ou je vais, je lui tend donc la carte de Zheng et lui demande si cette société se trouve bien ici. Elle saisie la carte de mes mains et la scrute avec attention, donne 2 coups de téléphone puis commence à me parler à toute vitesse. Sur le moment je ne comprends vraiment rien à ce qu’elle me raconte, elle s’en aperçoit rapidement mais je n’ai même pas le temps de lui demander de répéter plus lentement qu’elle me dit d’attendre ici et qu’elle sort dans la rue…

 


La concierge revint accompagné quelques minutes plus tard par une autre chinoise capable de parler un peu anglais… Celle ci m’explique que ça fait plusieurs années que cette boite a déménagé… J’hallucine! Zheng bosse pour cette société depuis moins d’un an, comment peut on être aussi con au point de ne pas actualiser l’adresse sur le modèle de carte!

 


Dépité, je demande si je peux passer un coup de téléphone, tant pis, si je veux passer la voir, je dois connaître sa nouvelle adresse, c’est raté pour la surprise… Manque de bol à nouveau, Zheng ne répond pas, elle a du mettre son portable en mode silence… Changement de stratégie une fois de plus, je demande ou se trouve le café internet le plus proche, la concierge me dessine rapidement un plan, je les remercie toutes les deux et me remet en route…

 


Une fois installé devant un ordinateur, j’ouvre une session msn; ouf, elle est heureusement en ligne. Je ne peux m’empêcher de l’engueuler et de lui dire à quelle point ça n’est pas sérieux… Elle semble toute surprise et me dit simplement qu’elle a utilisé le modèle de carte de sa patronne… Mais elle me donne donc la véritable adresse de son bureaux et m’indique comment m’y rendre. Elle apprécie beaucoup mon initiative et propose qu’on déjeune ensemble…

 


Et voilà, c’est reparti pour un petit tour en métro, cette fois ci direction l’ouest de Beijing.

Quelques dizaines de minutes plus tard et je sorts à nouveau de terre, cette fois ci, ça doit être bon, je suis au beau milieu d’une forêt de tours d’affaire, même si elles ne sont pas aussi haute qu’à Shanghai, cela doit bien valoir le centre ville de quelques grosses villes américaines…

 


Il ne me reste plus maintenant qu’à trouver la bonne tour. Je suis les indications de Zheng et fini par y arriver, je suis en avance, il est même pas encore midi et j’ai rendez avec elle à 12 :30. Je décide d’aller patienter dans le mall commercial de la tour d’en face.

 


Ce genre d’endroit est un des rare lieux ou je n’ai vraiment pas l’impression d’être en Chine…

L’heure approche je décide d’aller à sa rencontre… Je patiente aux pieds des ascenseurs, elle finit par arriver au bout d’une demi-heure, je commençais à penser qu’elle m’avait une fois de plus planté… Elle est particulièrement sexy avec son tailleur et sa chemisette, cela lui donne un vrai style d’"office lady". Elle m’adresse un grand sourire et s’excuse du retard en m’indiquant d’un geste de la main, la sortie de sa tour… Elle propose d’aller déjeuner dans un restaurant coréen du quartier, seulement lorsque nous y arrivons il y a déjà la queue qui sort du restaurant, elle me dit de patienter un peu, c’est une habituée elle connaît bien les serveuses et va tenter de faire le forcing…

 


Rien à faire, changement plan et retour aux tours jumelles ou Zheng travaille. Je me retrouve de nouveaux dans le centre commercial, elle m’indique un autre restaurant, certes beaucoup plus cher mais très bon… Je l’arrête lorsque nous passons à coté d’un Subway. La dernière fois que j’avais mangé un des ces sandwichs c’était à Reykjavik, la "nostalgie" et l’envie d’un peu de nourriture occidentale m’envahit et prend le dessus.

 


Zheng reste me regarder d’un air compatissant, un petit sourire moqueur aux coins des lèvres et me dit : « d’accord allons-y »

 


Il était convenu que ça soit moi qui l’invite mais comme à chaque fois elle fit tout un drame au moment de payer, et finalement après une courte discute qui amusa les serveuses, elle paya de sa poche une fois de plus.

 


C’est dingue qu’est ce que ça peut faire du bien de manger un peu occidental, de temps en temps, même si il s’agit de "Junk Food". Non pas que la nourriture chinoise ne soit pas bonne, mais les goûts et saveurs sont tellement différents!

 


Après ce rapide déjeuné, je réussi quand même à la persuader de me laisser l’inviter à boire un café au Starbuck du coin… Après s’être posé et avoir commandé nos cafés, elle me regarde l’air un peu gêné, et dit : « Julien, je m’excuse j’ai pas toujours été très honnête et très sympa avec toi cette semaine, c’est gentil d’être passé me voir avant de repartir »

Dépité je lui répondis: « pour être franc, j’ai bien failli partir sans te dire au revoir, mais étant donné que malgré tout tu en as fait beaucoup pour moi, je me suis dit que cela n’aurait vraiment pas été correct de ma part .» Elle sourit.

Je poursuis : « Il y a autre chose, moi aussi je n’ai pas été très honnête, je t’ai menti sur un détail à mon sujet dès le soir de nôtre rencontre… et maintenant comme je sais qu’on pourra qu’être amis, je crois qu’il est temps de rétablir la vérité. »

 


Elle resta me regarder en fronçant les sourcils d’un air de plus en plus intrigué, je lui tendis mon passeport, elle le prit et commença à l’ouvrir sans dire un mot, comprenant mal ce qu’elle devait y trouver. Lorsque finalement, elle bouta sur ma date de naissance et fit un véritable bon en arrière! Aïe, sa réaction fut plus violente que je l’avais imaginé.

 


Elle resta me regarder la bouche ouverte, et regarda à nouveau mon passeport.

« mais, mais… tu as seulement 21 ans…c’est bien ta vraie date de naissance? » Me demanda-t-elle en bafouillant. « et bien oui, désolé de t’avoir menti à ce sujet .» que pouvais je répondre d’autre de toute façon ?

 


Sous le choc, elle regarda encore une fois mon passeport et me demanda: « est ce que tu es un espion? Je pense que tu dois être un espion. »

Ce fut mon tour d’être terriblement surpris, je m’attendais à tout sauf à ça!

« quoi!?, mais qu’est ce qui te fais croire une chose pareille? » m’exclamais je.

« je sais pas, je pense que tu es un espion et que tu fais passer pour un étudiant » reprit elle.

 


Ca c’est la meilleure! « Zheng, regarde moi, j’ai vraiment 21 ans et je ne suis pas un espion, si à Shanghai je t’avais dit dès le départ que j’avais 21 ans, tu crois que tu m’aurais regardé de la même façon ce soir là ? Et tu crois que si je t’avais dit la vérité dès le départ, on serait ici aujourd’hui à cette table comme 2 amis entrain de boire un café? Je t’ai menti parce que je savais que si je t’avais dit mon âge dès le début, tu m’aurais regardé comme un gamin et tu ne m’aurais jamais donné ton numéro de téléphone, n’ai je pas raison? »

L’air penaud elle avoua que si.

Je continua de plus belle: « et maintenant? Tu regrettes d’avoir fait ma connaissance? Tu sais, ici cette façon qu’on les gens de te juger qu’en fonction de ton âge, m’exaspère vraiment! Oh tu n‘as que 21 ans, mais tu n’es encore qu’un bébé! Ah oui vraiment? Durant mes 21 années sur terre, j’ai certainement vu et vécu plus de choses que tu en verras durant ta vie de chinois, mais ça n’est pas grave, si tu le dis, c’est que ça doit être vrai… »

 


Zheng m’interrompt: « ça va, ça va, j’ai compris ce que tu veux dire et je pense que tu as raison, l’âge indique juste le nombre d’année que nous avons passé sur terre, et n’est pas toujours lié à nôtre maturité.» Elle poursuivit en posant ses mains sur les miennes : « je suis contente que nous soyons amis et je suis contente de connaître ton vrai âge, ça ne change rien pour moi… »

Elle prit cet espèce de bâtonnet en bois qui sert à touiller le café et sorti un stylo plume de son sac à main et écrivit dessus en chinois "Julien et Zheng amis pour la vie" et me le donna en rigolant.

 


L’heure tourne, nous finissons nos cafés, elle doit retourner à son bureau, nous nous disons au revoir et voici le moment de nous séparer, elle me dit que je serais toujours le bienvenu à Pékin. Je me dirige vers la sortie, elle vers l’ascenseur, elle fit un dernier geste de la main et cria: « Envoie moi un message pour me dire que tu es bien rentré! », avant que les portes se refermèrent…

 


Et voilà, une bonne chose de faite, il ne me reste plus qu’à reprendre le métro et à rentrer à l’hôtel finir de préparer mes affaires. En passant devant une poubelle, je regarde ce bâtonnet qu’elle m’a donné et hésite à le balancer, je le range finalement dans mon sac, et continue à marcher…

Une fois mon sac à dos bouclé et mon ordinateur remballé, il est temps de rendre la chambre.

Je descend à la réception et dis aux 2 hôtesses que je m’en vais, l’une d’elle me demande un papier que l’on aurait du me donner le jour de mon arrivé, je lui répond que l’on ne m’a rien donné, elle me demande mon passeport, je le lui donne, elle entre mon nom dans l’ordinateur et me dit que tout est en ordre, je n’ai rien à régler, je peux m’en aller. Je l’a remercie et m’en vais.

 


La marche forcé en direction du métro ainsi que le trajet en métro chargé comme une mule dans des wagons archi bondés fut épuisant, mais c’est bon je suis à la gare et dans les temps.

Seulement je ne peux même pas me poser, il n’y a pas de salle d’attente comme à Shanghai mais juste un immense hall, plein à craquer. Il me reste 50 minutes à attendre et je vais devoir les passer debout et dans un bain de foule! Je sors ma clé lecteur mp3 et mets mes oreillettes, un peu de musique m’aidera à patienter et garder mon calme, il fait une de ces chaleurs en plus!

Le temps passe, j’aperçois un couple mixte et leur 2 enfants qui tentent de se frayer un chemin à travers cette foule compacte, le métissage des enfants est vraiment surprenant, c’est rare que les gènes caucasiens dominent à ce point… L’homme d’origine occidental, m’adresse un sourire et un signe de la tête en guise de salutation, signe que je rends immédiatement.

Le temps passe et après 3 changements de quai, c'est enfin l'heure d'embarquement de mon train.

Je me fraye un chemin dans la cohue et me dirige vers mon wagon, puis vers ma cabine.

Je teste le confort de ma couchette, woaou, grand confort, sans compter les accessoires, trousse de toilettes, petit plateau apéritif, chaussons... plus les hôtesses qui viennent demander, si tout va bien et si on a besoin de rien... Il n'y a pas à dire, c'est top la première classe!

J'attend maintenant les 3 autres personnes avec qui je vais devoir partager la cabine, En voilà un premier, un chinois entre la trentaine et la quarantaine, il s'installe, pose plusieurs bouteilles de bières et paquets de gâteau apéritif sur la table... ça promet!

 


Il commence par décapsuler une bouteille et en descend la moitié,  rote un bon coup et commence à s’empiffrer de gâteaux… ça commence fort!

 


Je regarde ma montre, les autres, si il y en a, ont intérêt à ne plus tarder car le train devrait partir d’une minute à l’autre. En effet, quelques secondes plus tard, une annonce retentit, annonçant le départ imminent du train ainsi que la fermeture des portes… quelques secondes de plus et le train commence à bouger.

 


Et voila, c’est parti, on ne sera que 2 dans la cabine, ça n’est pas plus mal. Une hôtesse arrive et nous apporte nos plateaux repas. Mon voisin commence à engager la conversation, en chinois bien sur, et me propose une bière. J’accepte volontiers et tente de répondre à ses questions, mais au bout de 20 minutes, la conversation dépasse mon niveau de chinois, là je sèche…

 


Le chinois reste me regarder d’un air amusé et soudainement commence à parler dans un anglais quasi parfait! Je n’y crois pas! Il s’est foutu de ma gueule depuis le départ. On rigole, il me propose une autre bière et nous poursuivons la conversation en anglais…

 


Vers minuit, on décide d’aller se coucher, je ne tarde pas à m’endormir, la couchette est vraiment confortable, je n’aurais jamais cru pouvoir m’endormir aussi facilement dans un train! Je réveille vers 5h du matin, mon voisin dort encore, j’en profite pour regarder le paysage, ce n’est qu’une alternance de villes, champs, mêlé à d’immenses zones industriels  parfois très vétuste…

 


Vers 6h, une hôtesse vient nous apporter notre plateau de petit déjeuner, mon voisin émerge tout doucement… Encore une heure plus tard et le train entre en Gare de Shanghai, je souhaite bonne chance à ce chinois pour ses affaires, prend mon sac et descend du train, il fait déjà chaud et le soleil tape fort. Je me dirige vers le métro, j’envoie un sms à Zheng pour lui dire que je suis bien arrivé, elle y répond 1 minutes plus tard et demande si j’ai gardé ce petit bâtonnet qu’elle m’avait donné ou bien si je l’ai jeté. Je lui renvois un autre sms pour lui dire qu’après un moment d’hésitation j’avais décidé de le garder … Voulait elle me tester?

 


Bon Il ne me reste plus qu’à rentrer à Pudong, déposé mon sac, prendre une douche, me changer et puis repartir vers fleetguard…

commentaires