• Zhu Li An
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou
  • De 2005 à 2013, les aventures dans l'Empire du Milieux d'un Jeune Breton, amoureux de la plus belle ville de Chine: Suzhou

Recherche

30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 16:27

Bien que je n’aime guère le mot expat à cause de la connotation négative qu’il a en Chine, surtout dans des villes comme Shanghai… Ca fait longtemps que j’attendais ce moment, en réalité, cela va bientôt faire 8 ans. Oui j’avais 17 ans quand j’ai pris conscience que je voulais vivre à l’étranger, non… que dis-je, que je devais vivre à l’étranger!

Comment décrire ce sentiment qui m’a rongé toutes ces années ? J’avais l’impression d’avoir une double personnalité, il y avait le moi en France et le moi à l’étranger et il y a énorme fossé entre ces 2 moi…

Je ne déteste pas la France, ce n’est pas pour ça que je suis parti, mais je suppose qui si vous déjà vécu à l’étranger, vous avez forcement du ressentir cette drôle impression lorsque vous êtes rentrés au pays…

Cette sorte de mal être, cette impression de rancœur, voir de haine vis-à-vis, des gens qui ne peuvent pas comprendre ce que vous avez vécu, de leur manque de curiosité et d’ouverture d’esprit… Et surtout de cet esprit négationniste qui règne en France! Quand on regarde le journal de 20h on a envie de se pendre, on croirait que tout va mal dans ce pays, que les gens ne sont jamais content, qu’ils savent que se plaindre et que tout est de la faute du gouvernement…

Il faut en moyenne 6 mois pour vraiment ce remettre dans le bain, généralement je commençais de nouveau à bien me sentir vers le mois d’avril ou mai… mais comme je repartais chaque été, tout était de nouveau à refaire une fois de retour en France…

Pour en finir avec ce cycle infernal, le seul moyen était de partir et de m’installer durablement à l’étranger… Vous me direz que l’autre solution aurait été de rester en France, mais malheureusement, ma vie en France était un peu trop calme à mon gout et les perspectives de carrière beaucoup plus limitées… Mais qui sait, peut être que quand j’en aurais marre de vivre à cent à l’heure, je rentrerais.

La Chine et Suzhou n’étaient pas la destination que j’avais en tête lorsque j’avais 17 ans. A cet âge là, je m’imaginais épouser une jolie blonde islandaise et vivre dans une ces vieilles maisons qui font le charme du centre ville de Reykjavik, avoir un gros 4x4 Toyota Land Cruiser préparé par Artic Trucks pour pouvoir amener ma famille à la montage le weekend…

La vie et les chemins de la destiné en ont malheureusement décidé autrement et quand on regarde les ravages que la crise financière a fait en Islande, quelque part c’est mieux comme ça…
Mon coup de foudre pour Suzhou remonte à 2005 et puis comme je me suis spécialisé sur la Chine durant mes études, il m’a semblé logique d’y venir travailler et y vivre…

Ce départ est un véritable tournant dans ma vie, je quitte la maison familiale et je vais pouvoir voler de mes propres ailes… Même si c’est dur de penser que je ne pourrais plus voir régulièrement ma famille, c’est la une étape logique de la vie, une marche de plus à franchir… On n’élève pas des enfants pour les garder toute la vie à la maison.
Je ne sais pas de quoi demain sera fait, je sais juste qu’on m’a donné une chance incroyable, celle de partir à la conquête du marché chinois. Il est évident que je suis face à un sacré challenge, je suis conscient que ça s’annonce difficile, mais je n’ai pas de doutes que cela sera passionnant !

A suivre…

Published by Julien - dans blog news
commenter cet article

commentaires

Nicolas 24/07/2010 10:46



Je trouve hautain, et mal venu de cracher sur la France et tes semblables comme ça. Si tu t'es trouvé un boulot qui te convient à l'étranger tant mieux pour toi. Je remarque que tous les
expatriés qui n'ont pas "réussi" en France ont cette espèce de rancoeur et crache sur les français et le système. Pour eux réussir gagner 100, dépenser 1 et économiser 99. Alors ils critiquent à
tout va le système de santé, les fonctionnaires, le chômage. Quand ils reviennent quelques jours, ils se plaignent de s'ennuyer, de faire la queue à la poste pour poster un recommandé. C'est un
peu le syndrome du vacancier qui va dans un pays pauvre claquer son blé. Eh oui, quand on revient au pays on se rend compte que qu'on paie plus cher : alors forcément c'est "les français sont
faibles d'esprits"," ils ne sont pas ouvert". Mais un peu de jugeote ne fait de mal à personne, il faudrait se demander : Qu'en est-il des chinois ? Pour eux la vie n'est pas facile tous les
jours je suppose avec leur maigre salaire. Il est évident que quand on va dans un pays plus pauvre on se sent plus riche et les femmes viennent à toi pour ton argent (c'est ce que m'a dit un
copain qui s'expatrie en chine et qui n'a pas de succès auprès des française). C'est le syndrome de notre société : L'argent et le Q = Luxure . 



Julien 24/07/2010 11:41



je t'inviterais à relire mon article dans les détails avant de me critiquer comme tu viens de le faire... mais au moins on est d'accord sur une chose, la critique est le sport national préféré
des français!


Premier point, avant la Chine, mon rêve était de m'expatrier en Islande, il faut replacer ça dans un contexte historique, avant la crise financière, l'Islande était le pays le plus avancé au
monde suivant les critères l'index de développement humain de l'ONU et l'un des plus riches en terme de PIB par habitants... ce qui fait qu'après avoir passer 5 étés à travailler là-bàs étant
adolescent, avec un salaire mensuel pouvant atteindre 3000 euros (va trouver un job d'été à 17 ans qui te paye autant en France!) je rentrais en France les poches pleines...


Donc quand tu parles du "syndrome du vacancier qui va dans un pays pauvre claquer son blé" je ne me sens absolument pas concerné...


Alors évidemment quand on passe du temps dans des pays qui avancent plus vites (l'Islande en terme de développement durable et la Chine en terme de croissance et développement économique)
lorsqu'on revient en France, on se pose la question à savoir pourquoi on ne peut avoir le même succès chez nous alors qu'on a absolument tout sur place... la réponse est forcement la mentalité
des gens... La France est quand même l'un des rares pays ou si tu déclares être fier d'être français on te traite de raciste et on t'assimile au front national!


de quels chinois parles-tu? Moi autours de moi, je vois de plus en plus de chinois qui sont bien plus riches que moi, même si je n'ai pas besoin d'aller très loin pour en voir d'autres qui
luttent pour subsister... Il y a 4 Chine maintenant, celle qui vit dans le luxe et la décadence qui représente plusieurs dizaines de millions de personnes malgré tout, la Chine moyenne qui
consomme frénétiquement, suffit d'aller dans un centre commercial pour s'en rendre compte, la Chine qui se fait exploiter pour permettre au 2 autres catégories de chinois d'avoir la vie qu'ils
ont et enfin la Chine qui galère pour vivre, soit la plus grande majorité mais qu'au final on voit peut vu que la plus part sont perdu dans leur campagne.


Les chinoises s'intéressent à 2 catégories d'hommes "les portes-feuilles" et les "vibro-masseurs" et désolé de te décevoir mais mon salaire ici ne me permet pas de rentrer dans la première
catégorie à leurs yeux, je ne fais pas parti des jeunes chanceux qui débarquent en Chine avec le méga contrat expat et qui gagnent au minimum 10 fois plus que leurs homologues chinois.  Donc
je ne me sens pas concerné non plus... après avoir passé un certain temps en Chine, les femmes vénales sont facile à repérer et encore plus facile à éviter... je suis triste pour ton pote et pour
tous les autres mecs que j'ai rencontrer qui sont venus en Chine s'acheter une femme.



Delphine 25/12/2009 20:06


Ah Julien... quand je lisais cet article j'étais encore en Chine, et maintenant que je suis rentrée, je suis bien dégoutée de me retrouver dans ce que tu as écris :(


Julien 26/12/2009 07:17



hehehehe, non ce n'est pas bien de se moquer, mais je vois que tu as déjà pleins de projets de voyage en tête. Bon courage pour ta réadaptation et déjà t'as passé Noël en famille, c'est sympa et
ça aide un peu.



christel 19/12/2009 00:23


Il y a expat et expat...il ne faut pas tous les mettre dans le même sac.
Pour le reste de ton article, entièrement d'accord.
Pure curiosité: quelles études as-tu faites?


Julien 19/12/2009 05:59


oui on est d'accord, mais il y en a quand même beaucoup qui abusent et donnent une mauvaise image en Chine...

J'ai commencé par un BTS Mécanique et Automatismes Industriels puis enchainé sur une école de commerce.